Le Rouge et Noir déniche son «Hulk»

Dior Mathis a bien hâte de montrer ce... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Dior Mathis a bien hâte de montrer ce dont il est capable lors du premier match hors concours du Rouge et Noir.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dior Mathis a hérité d'un surnom de super-héros dans les rangs collégiaux américains de l'Oregon. Reste à voir s'il pourra porter secours aux unités spéciales du Rouge et Noir.

Faites connaissance de «L'Incroyable Hulk».

Non, il ne déchire pas son uniforme. Et il ne tourne pas au vert quand ça va mal.

«Un entraîneur m'a surnommé de la sorte car je suis un type calme, respectueux et très souriant loin du terrain. Mais une fois que je mets les pieds sur le gazon, je change de personnalité. Je deviens une bête qui a faim, qui veut courir et frapper», a raconté le demi défensif américain âgé de 24 ans, mardi, après le troisième jour du camp d'entraînement à la Place TD.

À première vue, la recrue n'a rien du personnage des bandes dessinées Marvel.

Il est petit. À 1,75 m (5' 9") et 81 kg (179 livres), il dépasse seulement deux joueurs chez le Rouge et Noir, Jamill Smith et Jerrell Gavins.

Mais l'unique enfant de Pam et Mecah Mathis est rapide. «Très rapide», a-t-il pris le soin d'ajouter.

C'est pourquoi le diplômé en criminologie se retrouve à Ottawa. L'équipe cherche des solutions à ses problèmes dans le domaine des retours de botté. Elle n'a toujours pas inscrit un botté de cette façon depuis ses débuts dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Des talents de sprinteur 

Mathis est un ancien sprinteur. Il a déjà gagné des médailles à des rencontres athlétiques dans la NCAA, stoppant déjà le chrono à 10,31 secondes au 100 m.

«Je continue de m'entraîner sur piste. Je suis encore jeune. Je pourrais toujours tenter ma chance dans quelques années», a-t-il dit.

Ce dernier était bien au courant qu'un ancien champion olympique dirige des sprinteurs dans la capitale nationale. Glenroy Gilbert, membre du relais canadien 4 x 100 m médaillé d'or à Atlanta en 1996, prépare des athlètes en vue des Jeux à la piste Terry-Fox.

Jusqu'ici, le Rouge et Noir l'utilise au sein d'une rotation avec Chris Williams, Jamill Smith et William Powell lors des entraînements.

«J'adore avoir un ballon dans mes mains et me servir de ma vitesse et ma vision du jeu. J'ai hâte de montrer ce dont je suis capable lors d'un match hors concours.»

Une première joute est prévue le 13 juin. Les Blue Bombers de Winnipeg seront en ville.

En 2013, Dior Mathis a égalé un record d'équipe des Ducks de l'Université de l'Oregon avec un retour d'interception de 97 verges.

Aucune équipe de la NFL ne lui a fait signe après sa carrière dans la NCAA, il y a deux ans. Il s'apprêtait à soumettre sa candidature auprès du FBI lorsque le Rouge et Noir l'a contacté à la fin de l'hiver.

«Plusieurs membres de la famille à mon père sont des policiers. C'est un domaine que je connais bien, dans lequel j'ai étudié. Ce n'est que partie remise, une fois ma carrière sportive est terminée.»

Un nouveau numéro, un nouveau Jermaine

Jermaine Robinson a décidé de remettre le compteur... (Simon Séguin-Bertrand, Archives  LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Jermaine Robinson a décidé de remettre le compteur à zéro, incluant son numéro: il a délaissé le 32 en faveur du 2.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Jermaine Robinson a décidé de remettre le compteur à zéro. Il a tout changé dans sa vie. Tout ça afin d'être prêt à reprendre sa place chez le Rouge et Noir.

Le maraudeur américain est resté à Ottawa durant l'hiver au lieu de retourner chez lui à Pittsburgh. Il a aussi modifié ses habitudes alimentaires. La friture a pris le bord, les jus aussi, faisant place notamment à de l'huile de poisson et une «tonne de légumes verts».

Robinson a aussi troqué de numéros. Il a délaissé le 32 en faveur du 2.

Un numéro que portait le volubile vétéran Jovon Johnson, maintenant membre des Alouettes de Montréal.

«Je serai tout aussi expressif que lui, mais sur le terrain. J'aime bien Jovon. C'est un grand défenseur des droits des joueurs de la LCF, mais je ne suis pas aussi actif que lui sur les médias sociaux», a-t-il averti.

Retour en forme

Robinson a passé plus de quatre mois à l'infirmerie la saison dernière après avoir subi une fracture à un poignet lors du match inaugural à Montréal. Plusieurs joueurs se sont succédé durant la saison afin de le remplacer, dont Jacques Washington, Forrest Hightower et John Boyett.

On l'a revu lors de la dernière partie régulière contre Hamilton, puis en éliminatoires.

«Je vois ceci comme un nouveau départ. C'est une nouvelle année, un nouveau moi», a-t-il dit.

Ce dernier a passé la saison morte à s'entraîner aux côtés de ses coéquipiers québécois Antoine Pruneau et Scott Macdonell. Parfois, ils se donnaient rendez-vous à La Fonderie, à Gatineau.

La seule chose que le joueur âgé de 27 ans n'a pu accomplir dans les derniers mois?

«Patiner sur le canal Rideau. Je crois par contre que j'aurais eu de la difficulté à conserver mon équilibre», a-t-il soutenu en riant.

Arto Khatchikian troque le casque pour les béquilles

La recrue québécoise Arto Khatchikian a passé une deuxième... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 5.0

Agrandir

La recrue québécoise Arto Khatchikian a passé une deuxième journée de suite sur les lignes de côté, appuyé contre des béquilles.

Patrick Woodbury, LeDroit

L'aventure de la recrue québécoise Arto Khatchikian pourrait s'avérer de courte durée chez les finalistes de la Coupe Grey.

Le choix de septième ronde au dernier repêchage a passé une deuxième journée de suite, mardi, appuyé contre des béquilles à la Place TD. Il s'était blessé à un genou, dimanche matin, en lever de rideau du camp d'entraînement.

«Sur une séquence où il n'y a eu aucun contact», a précisé l'instructeur-chef Rick Campbell à une question du Droit. «Ça semble assez majeur, mais je ne connais pas tous les détails. [...] Mais ça n'augure pas bien pour lui.»

Khatchikian, 25 ans, était en lice pour une place au sein des unités spéciales en vue de la saison 2016. Ce produit des Stingers de Concordia, qui a grandi à Chomedey, a passé un test de résonance magnétique en début de semaine afin de connaître la gravité de la blessure.

Un rendez-vous chez le médecin l'attendait en fin d'après-midi. «Ça risque d'être une absence à long terme pour lui», a fini par avouer Campbell.

Quant au joueur, il attendait d'obtenir le diagnostic final avant de parler aux medias.

Arto Khatchikian est le premier blessé majeur chez le Rouge et Noir. Il bataillait aussi pour un poste de réserviste en tant que secondeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer