Les recrues du Rouge et Noir se font voir

Le joueur gatinois Mikaël Charland prend part au camp... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le joueur gatinois Mikaël Charland prend part au camp des recrues du Rouge et Noir.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mikaël Charland a trouvé le moyen de retenir l'attention dès la première journée du camp des recrues du Rouge et Noir.

Choisi au second tour au dernier repêchage, le joueur gatinois a réussi une des rares interceptions durant la séance d'entraînement tenue en fin d'après-midi, mercredi, à la Place TD. «Je pense que j'ai fait bonne impression auprès des entraîneurs, qui m'ont utilisé en tant que maraudeur, une position à laquelle je veux vraiment jouer, a-t-il soutenu, sourire en coin.

«J'ai réussi à bien lire le quart-arrière», a ajouté Charland.

A-t-il remarqué qui a lancé le ballon s'étant retrouvé dans ses mains?

Tous les quarts de l'équipe ont participé à cette séance, de Henry Burris à Trevor Harris en passant par un quart recrue de l'Université McMaster.

«Non, ce n'était pas Henry. Ça, je l'aurais remarqué assez vite.»

Ce sont une trentaine de recrues qui ont foulé le terrain par cette autre journée chaude et ensoleillée dans la capitale nationale. Cinq d'entre elles ont été des choix au repêchage du Rouge et Noir lors du dernier encan de la Ligue canadienne de football (LCF).

«J'étais un peu nerveux ce matin. J'ai eu de la misère à prendre le déjeuner», a avoué Charland.

Comme une «éponge»

Un peu plus loin, le bloqueur franco-ontarien Jason Lauzon-Séguin disait avoir apprécié sa première sortie chez les pros. «Il y a eu beaucoup de répétitions. Le système de jeu ressemble à ce que nous avions à l'université Laval. Il me reste juste à apprendre la terminologie», a raconté le choix de première ronde qui a grandi à St-Eugène.

«Ce qui sera maintenant intéressant à surveiller, ce sont les joueurs qui vont démontrer une progression lors des deux prochains jours.»

Rick Campbell
entraîneur-chef du Rouge et Noir
Jason Lauzon-Séguin... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Jason Lauzon-Séguin

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Ce dernier est surtout heureux de travailler sous les ordres d'un ancien centre étoile des Alouettes de Montréal. Bryan Chiu dirigera la ligne offensive du Rouge et Noir pour une deuxième année de suite.

«C'est le fun d'apprendre d'un joueur qui a été si bon pendant si longtemps dans la ligue. Je suis comme une éponge. Je vais absorber le plus d'information possible et lui montrer que j'ai compris», a dit Lauzon-Séguin du haut de son 1,93 m (6' 4") et 134 kg (294 livres).

Faire bonne impression

L'entraîneur-chef Rick Campbell a adoré ce qu'il a vu en lever de rideau de cette troisième saison de football à Ottawa. Rien ne l'a toutefois surpris.

«C'est typique d'une première journée de camp. Tu as des gars qui arrivent et sautent un peu partout pour le ballon. Ils ont travaillé fort. Nous avons passé beaucoup de temps aussi à nous assurer qu'ils assimilent bien notre cahier de jeux, a affirmé Campbell.

«Ce qui sera maintenant intéressant à surveiller, ce sont les joueurs qui vont démontrer une progression lors des deux prochains jours», a-t-il poursuivi.

Des recrues qui ne seront pas seulement zieutées par la direction, mais également des vétérans. Certains étaient des spectateurs attentifs à l'entraînement mercredi, dont le demi Abdul Kanneh et le centre Jon Gott.

Le Rouge et Noir se tourne vers «Special K»

Il n'a pas encore disputé un match dans la LCF que le secondeur Arto Khatchikian a déjà hérité d'un surnom: «Special K».

Un clin d'oeil à son nom de famille, mais également aux céréales du même nom et au rôle qui l'attend à sa saison recrue chez le Rouge et Noir.

Ce sobriquet fait son affaire. «Quand j'étais plus jeune, je ne bouffais que ça le matin», a dit Khatchikian, 25 ans, qui a grandi en français dans le quartier de Chomedey, à Laval.

«J'aimais ces céréales, car elles étaient santé», a-t-il avancé.

Ce choix de septième ronde s'attend à se faire taquiner par ses nouveaux coéquipiers dans les prochains jours. «Ils vont sûrement m'acheter une boîte de Special K», a-t-il lancé.

Ce dernier a jasé d'un peu tout avec le journaliste du Droit. De son surnom, de ses débuts dans le football dès l'âge de huit ans. «C'est ma mère qui m'a inscrit», a-t-il précisé à ce sujet.

Khatchikian a aussi parlé de ses racines arméniennes. «Comme les Kardashian», a-t-il lancé en riant.

Mais on ne le verra pas multiplier les égoportraits comme ces vedettes de téléréalité américaine. «Je n'aime pas du tout prendre des selfies. Je suis contre ça», a-t-il pris le soin de préciser.

Sur un ton plus sérieux, ce produit des Stingers de Concordia a parlé de ses parents qui ont mis les pieds au Canada au milieu des années 1990. «Pour se sauver du génocide arménien», a-t-il expliqué.

«Ils sont venus ici, car c'est un pays dans lesquels les jeunes peuvent grandir. Je peux te dire qu'ils ont fait le bon choix», a soutenu Arto Khatchikian.

Puis il a parlé de son souhait d'être repêché par le Rouge et Noir. «Parce que j'avais envie de jouer à Ottawa, la capitale du Canada. Mais j'avais entendu aussi de bonnes choses au sujet de cette jeune équipe et de ses entraîneurs», a-t-il expliqué.

Un de ces entraîneurs, Bryan Chiu, l'a notamment dirigé à sa saison recrue à Concordia.

«Moi, j'arrivais. Lui, c'était sa dernière saison chez les Stingers.»

Kashama libéré par le Rouge et Noir

L'ailier défensif Kalonji Kashama... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 6.0

Agrandir

L'ailier défensif Kalonji Kashama

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Deux joueurs québécois ne seront pas de retour chez le Rouge et Noir en 2016. Kalonji Kashama et Simon Légaré ont été libérés par les finalistes de la Coupe Grey, mercredi, à quatre jours de l'ouverture du camp d'entraînement principal.

Le départ de Kashama, un ailier défensif de 1,93 m (6' 4") et 117 kg (259 livres), s'avère une surprise. Il a participé à 17 des 18 parties de l'équipe en 2015, réussissant quatre plaqués et quatre autres au sein des unités spéciales.

Le plus jeune des quatre frères Kashama à jouer dans la LCF était en uniforme lors du match de la Coupe Grey en novembre dernier à Winnipeg. Il s'était amené à Ottawa en septembre 2014 après avoir été retranché par les Lions de Détroit, de la NFL.

Ce dernier habitait à Gatineau, dans le quartier Templeton.

Quant à Légaré, il avait effectué un passage au sein de l'équipe d'entraînement, l'automne dernier. Son sort s'avérait incertain depuis que le Rouge et Noir eut repêché trois joueurs de ligne offensive plus tôt en mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer