Le Rouge et Noir, le Petit Québec de la LCF

Le demi défensif Mikaël Charland (36) a porté les... (Courtoisie, Brianna Thicke)

Agrandir

Le demi défensif Mikaël Charland (36) a porté les couleurs des Stingers de Concordia.

Courtoisie, Brianna Thicke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir devrait troquer ses couleurs et passer au Bleu et Blanc. Pourquoi? Parce que personne ne pourra lui reprocher de bouder le Québec.

Cinq de ses neuf choix mardi soir au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF) proviennent de la province voisine. Soit que ces joueurs ont grandi en sol québécois ou ont évolué au sein d'une des équipes universitaires là-bas.

Dire que les finalistes de la coupe Grey misaient déjà sur une dizaine de joueurs du Québec dans ses rangs, dont les Pruneau, Lavoie, Milo et Gascon-Nadon.

Beaucoup d'attention médiatique a été accordée aux deux premières sélections de l'équipe de la capitale, le bloqueur Jason Lauzon-Séguin et le demi défensif Mikaël Charland, qui ont porté respectivement les couleurs du Rouge et Or de l'Université Laval et des Stingers de Concordia. Mais qui sont les Mehdi Abdesmad, Arto Khatchikian et Guillaume Tremblay-Lebel?

Le premier s'avère un ailier défensif de 1,98 m (6' 6") et 129 kg (284 livres), qui obtient un essai en ce moment dans la NFL. Les Titans du Tennessee lui ont accordé un contrat, la semaine dernière, après la fin de sa carrière dans la NCAA à Boston College.

«Des fois, il faut tenter sa chance. Peut-être on va le voir dans un an, deux ans ou peut-être même dans trois mois, a soutenu le directeur général Marcel Desjardins au sujet de son choix de troisième tour.

«Nous sommes prêts à attendre et nous montrer patients. Si jamais il se pointe à Ottawa, ce sera un très bon joueur pour nous.»

À quel point?

«Il aurait été repêché en première ronde», a souligné Desjardins, si Abdesmad n'avait pas trouvé preneur dans la NFL. «Ce n'est pas souvent que tu vois un gars si grand être si athlétique. Il a joué à un haut niveau l'an dernier. En plus, il a prouvé qu'il était en santé après avoir raté la saison auparavant en raison d'une blessure», a ajouté le dg du Rouge et Noir.

Khatchikian, un coéquipier de Charland chez les Stingers de Concordia, a déjà hérité d'un sobriquet chez le Rouge et Noir. Les journalistes l'ont surnommé «Special K».

Ce qui fait l'affaire de l'entraîneur-chef Rick Cambpbell, qui n'aura pas à prononcer le nom de famille du joueur québécois, réclamé en septième ronde. «Un gars qui répond au moule du joueur qu'on recherche au sein de nos unités spéciales», a soutenu le coach.

Même chose pour le demi défensif Tremblay-Lebel, qui a joué un rôle de premier plan au sein des unités spéciales chez le Rouge et Or de l'université Laval. Il a la distinction d'avoir été le 69e et avant-dernier choix de l'encan de la LCF.

«Je n'avais pas d'attente. J'espérais être choisi vers les sixième, septième ou huitième rondes. Plus ça avançait, plus j'étais stressé, a avoué le joueur originaire de St-Jérôme, qui fait 1,85 m (6' 1") et 100 kg (220 livres).

«Quand le téléphone a sonné et j'ai vu que c'était Ottawa qui m'appelait, j'étais très content», a dit l'étudiant-athlète, qui possède un baccalauréat en relations industrielles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer