Du Rouge et Or au Rouge et Noir

Jason Lauzon-Séguin a commencé à pratiquer le football... (Yan Doublet, Le Soleil)

Agrandir

Jason Lauzon-Séguin a commencé à pratiquer le football il y a huit ans, «un peu par accident».

Yan Doublet, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sans le savoir, le Rouge et Noir a mis la main sur un produit local avec son choix de première ronde, mardi soir, au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF).

Il est né à Pointe-Claire, mais Jason Lauzon-Séguin a grandi dans l'Est ontarien. Plus précisément à St-Eugène, un village qui a longtemps été reconnu pour être le domicile d'un club de naturistes.

« Le camping de nudiste est fermé depuis plus de 10 ans », a précisé le joueur de ligne offensive âgé de 25 ans.

Lauzon-Séguin a trouvé la question du journaliste du Droit bien drôle. On avait affaire à un jeune homme déjà de très bonne humeur au bout du fil.

Se retrouver à Ottawa lui permet de se rapprocher de ses parents après quatre années passées à l'université Laval, à Québec. Là-bas, le colosse de 6'4'' et 300 livres est devenu un joueur étoile sur la scène nationale en 2015.

« Je pense que c'est le plus beau cadeau pour ma mère. Je ne serai qu'à une heure de route maintenant », a soutenu Lauzon-Séguin, qui a étudié en toxicomanie et services sociaux tout en jouant chez le Rouge et Or.

Parlons justement de football. Un sport qu'il a commencé à pratiquer sur le tard, il y a huit ans, à sa sortie de l'école secondaire catholique de Hawkesbury.

« Un peu par accident », a-t-il avoué.

Un de ses nouveaux copains de classe à son arrivée au Cégep de Valleyfield l'a convaincu de tenter sa chance. « Il trouvait que j'étais assez costaud. J'ai décidé de participer à une pratique », a-t-il relaté.

Le voilà maintenant chez les pros après des passages chez le Noir et Or dans les rangs collégiaux et le Rouge et Or sur la scène universitaire.

Le Rouge et Noir, lui, le voit comme un de ses éventuels bloqueurs au sein de la ligne offensive. « Il peut aussi jouer en tant que garde ou centre », a noté le directeur général Marcel Desjardins.

Certains observateurs croient que Lauzon-Séguin a besoin d'une année ou deux avant de devenir un partant. Qu'il s'agit d'un projet à moyen ou long terme.

« Je ne dirais pas ça, a nuancé Desjardins. Je ne serais pas surpris si nous avions la discussion à la fin du camp d'entraînement à l'effet qu'il pourrait être un de nos partants. »

Le DG a reconnu que du travail attend sa nouvelle recrue. 

« Il a encore beaucoup de choses à améliorer. Il n'a été partant que pendant une saison », a-t-il avoué.

Sauf que le Rouge et Noir possède un des meilleurs entraîneurs de ligne offensive de la LCF. L'ancien joueur étoile, Bryan Chiu, a fait des miracles en 2015.

Jason Lauzon-Séguin n'a pas été le seul joueur de l'université Laval à trouver preneur en première ronde. Les Alouettes de Montréal ont opté pour son coéquipier Philippe Gagnon tandis que Charles Vaillancourt a abouti chez les Lions de la Colombie-Britannique.

Le Rouge et Noir aura fait le plein de joueur de ligne offensive durant cet encan de la LCF.

Randy Beardy, de Windsor, a été un choix de cinquième ronde. Il fait 6'7'' et 290 livres. Quelques rangs plus tard, Kyle Fraser-Audit, de Guelph, était réclamé par Ottawa.

Plus tôt dans la soirée, l'équipe a roulé les dés en sélectionnant le Québécois Mehdi Abdesmad au troisième tour. 

Le géant de 6'8'' et 284 livres tentera sa chance dans la NFL. 

Les Titans du Tennessee lui ont consenti un contrat, il y a une semaine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer