Ottawa à l'aube d'une nouvelle saison

Le mini-camp du Rouge et Noir donnera l'occasion... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le mini-camp du Rouge et Noir donnera l'occasion à plus de 80 joueurs d'impressionner l'instructeur-chef Rick Campbell. L'action prend fin mardi.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce sera la première fois que le Rouge et Noir foule le terrain depuis sa défaite au match de la Coupe Grey, il y a cinq mois, à Winnipeg.

Il manquera plusieurs visages lorsque le mini-camp des champions de la division Est commencera dimanche matin à la Place TD. Certains joueurs importants ont profité de leur pleine autonomie, troquant d'uniformes.

Les Lemon et Capicciotti porteront maintenant le vert des Roughriders, tandis que les Shologan et Johnson ont opté pour les couleurs des Blue Bombers et des Alouettes. «Il y a toujours des changements, que tu gagnes la Coupe Grey ou pas, que tu participes aux éliminatoires ou non. Tu cherches toujours à t'améliorer, à t'adapter», souligne l'instructeur-chef Rick Campbell.

Plus de 80 joueurs prendront part à des séances d'entraînement jusqu'à mardi.

Aucun plaqué ne sera permis, règles de la Ligue canadienne de football (LCF) obligent.

«Ce sont des pratiques sans épaulettes. Ce qui nous intéresse, ce n'est pas qui frappe fort. Nous voulons simplement mettre en place nos jeux à l'attaque et en défensive», précise le coach.

Trois joueurs toujours sous contrat avec l'équipe manqueront à l'appel. Pas qu'ils boudent dans leur coin.

Le spécialiste des longues remises Tanner Doll, un choix de quatrième ronde, doit compléter des examens à l'Université de Calgary.

Le secondeur et spécialiste des unités spéciales, Jonathan Beaulieu-Richard, a des obligations professionnelles. «Il est pharmacien», rappelle Campbell.

Puis il y a le cas de l'ailier défensif Aston Whiteside, qui a raté les trois derniers mois de la saison dernière en raison d'une blessure au genou gauche.

Le Rouge et Noir assure que sa rééducation s'est bien déroulée, qu'il sera prêt en vue du camp d'entraînement à la fin du mois de mai.

«Il n'y a rien hors de l'ordinaire. Nous voulons tout simplement être prudents et lui donner plus de temps pour retrouver sa forme.»

Whiteside dominait la LCF au moment de tomber au combat. Il avait réussi 13 plaqués et sept sacs en cinq parties.

Son retour au jeu en 2016 devrait compenser la perte de Lemon.

Ce mini-camp permettra aussi aux joueurs de faire la connaissance de deux nouveaux entraîneurs. Jaime Elizondo a pris la relève de Jason Maas en tant que coordonnateur à l'attaque tandis que Bob Dyce s'occupera dorénavant des unités spéciales.

«Les gars noteront peu de changements dans notre cahier de jeux à l'attaque. Il y a eu quelques ajustements, rien de plus. On ne repart pas à zéro», assure Rick Campbell.

Ces trois jours marqueront aussi les débuts de Trevor Harris, Brendan Gillanders et Arnaud Gascon-Nadon à Ottawa. Trois joueurs autonomes mis sous contrat durant l'hiver.

Harris a déjà été désigné successeur à Henry Burris en tant que quart-arrière numéro un en 2017.

De la fonderie à la Place TD

Francis Girard, espoir du Rouge et Noir... (Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien) - image 3.0

Agrandir

Francis Girard, espoir du Rouge et Noir

Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien

Il a dû prendre congé de son emploi dans une fonderie du Saguenay et se taper six heures et demie de route. Tout ça dans l'espoir d'épater Rick Campbell et ses adjoints.

Le garde Francis Girard est débarqué à Ottawa vendredi soir en vue des essais libres du Rouge et Noir, qui auront lieu samedi à la Place TD. Plus de 100 joueurs sans contrat sont attendus.

Dans le lot, une poignée de candidats sera invitée à participer au mini-camp de l'équipe qui débutera le lendemain.

«Le football, c'est pas mal ma vie depuis que je suis jeune. Ce fut ma source de motivation pour finir mes études à l'école secondaire», raconte Girard, un gaillard de 1,88 m (6' 2") et 136 kg (300 livres).

«Là, j'ai une chance de gagner ma vie avec ça.»

Ce dernier a disputé deux saisons en première division collégiale chez les Élans du Cégep Garneau en 2011 et 2012. Il n'a toutefois pas joué dans les rangs universitaires. «L'école n'a pas suivi», avoue-t-il.

Girard, 24 ans, se trouvait notamment dans la mire des Gee Gees d'Ottawa il y a quatre ans. On lui avait même fait visiter le campus.

Ce dernier s'est tourné vers une équipe de football senior dans son patelin afin de maintenir la forme. Il a porté les couleurs des Montagnais ces deux derniers autonomes tout en travaillant dans une fonderie en tant qu'aide-opérateur.

Il était hors de question de laisser mourir son rêve de jouer chez les pros.

Girard a vu un ami et partenaire d'entraînement, le joueur de ligne défensive David Ménard, se joindre aux Lions de la Colombie-Britannique en 2015. Puis dans un mois, un autre pote fera le saut dans la LCF.

Philippe Gagnon est identifié en tant qu'un éventuel choix de première ronde au repêchage. Il se trouve notamment dans la mire du... Rouge et Noir.

C'est lui qui l'a convaincu de participer à des essais libres. Les deux amis ont été coéquipiers chez les Élans.

«Il m'a envoyé de l'information sur divers camps. Ottawa était le seul qui n'était pas aux États-Unis, que je pouvais glisser dans mon horaire au travail», raconte Francis Girard, qui dit se préparer depuis 18 mois pour pareille opportunité.

«Je passe deux heures par soir en gymnase, précise-t-il.

«Je suis un gars persévérant, ajoute-t-il plus tard en entrevue. J'ai peut-être une faiblesse du côté technique puisque je n'ai pas joué au football universitaire. Mais je suis explosif. Je possède une bonne agressivité et je suis très bon un contre un.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer