Pruneau veut rester à Ottawa

Se considérant loyal, Antoine Pruneau soutient qu'il restera... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Se considérant loyal, Antoine Pruneau soutient qu'il restera avec le Rouge et Noir si deux situations égales se présentent à lui.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le centre Jon Gott a obtenu une prolongation de contrat. Même chose pour le botteur Chris Milo en janvier. À quand le tour du secondeur Antoine Pruneau?

La question se pose plus que jamais, à trois semaines du mini-camp du Rouge et Noir.

La vedette francophone des finalistes de la Coupe Grey écoulera la dernière année de son pacte en 2016. Sa situation contractuelle sera suivie de près dans la capitale nationale et... à Montréal.

Pariez un petit deux dollars que les Alouettes seront parmi les premiers clubs adverses à cogner à la porte du populaire joueur québécois s'il devient agent libre. Jusqu'ici, aucune discussion formelle n'a eu lieu entre Pruneau et Ottawa, a-t-on appris.

Ça n'inquiète pas le numéro 6 du Rouge et Noir.

«Le repêchage s'en vient. L'équipe n'a pas nécessairement le temps pour ça en ce moment. Nous aurons le temps en masse de nous parler par la suite.»

Pruneau, qui a réussi 55 plaqués et deux interceptions en 2015, s'avère un morceau important de la défensive de l'équipe. Encore plus depuis le départ du vétéran demi-défensif Jovon Johnson.

«J'ai tout aimé de mon passage jusqu'ici à Ottawa. J'aime la façon dont j'ai été traité. J'aime la ville. J'ai créé des relations avec beaucoup de gens.»

«Je me considère une personne loyale. Le Rouge et Noir m'a donné ma chance dans la LCF. Il demeure ma priorité. Mais ce n'est pas un métier (joueur de football) que tu pratiques longtemps. Tu dois ramasser l'argent pendant que tu peux.»

Quelques secondes plus tard, Pruneau apporte un bémol à ce sujet.

«C'est certain que je resterais si deux situations égales se présentent devant moi.»

Ce qu'on sait? Le Rouge et Noir tient à Antoine Pruneau, son choix de premier tour en 2014. En plus d'exceller sur le terrain, il est un des visages du club dans la communauté.

Tiens, on le verra au collège catholique Franco-Ouest en vue d'un match de basket-ball amical opposant des joueurs du Rouge et Noir et des ados de l'endroit. Il participera aussi à la clinique de football pour femmes tenue plus tard en avril à la Place TD.

«J'ai tout aimé de mon passage jusqu'ici à Ottawa. J'aime la façon dont j'ai été traité. J'aime la ville.»

Antoine Pruneau
secondeur

Une priorité: le football 

Ajoutez à cela que l'athlète âgé de 26 ans s'est entraîné une partie de l'hiver à Gatineau. Plus précisément chaque mardi et jeudi à La Fonderie.

«Nous avons été très bien reçus», souligne Pruneau, qui s'est entraîné à cet endroit en compagnie de son colocataire québécois Scott Macdonell et leurs coéquipiers Jermaine Robinson, Alex Mateas et Ernest Jackson.

«J'ai passé un hiver tranquille. Aucun gros voyage comme l'an dernier en Thaïlande. L'accent a été mis sur le football.»

Pruneau veut se pointer au mini-camp plus léger que l'an dernier. Il avait ajouté 10 livres de muscles à sa charpente en 2015. Ce qui pourrait peut-être expliquer son lent début de saison.

«Je veux être plus léger et plus agressif», dit-il.

Son autre objectif?

«Je veux m'établir comme un des leaders. Nous avons perdu de gros joueurs, souligne-t-il. L'expérience du match de la coupe Grey a été formidable. Je sais maintenant ce que ça va prendre pour y participer à nouveau. Je sais ce qu'il faut faire de plus pour gagner.»

Et sans le dire ouvertement, le joueur sait aussi qu'il pourrait toucher une importante augmentation de salaire dans les prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer