Le Rouge et Noir s'intéresse à Laurin

Le secondeur Marc-Antoine Laurin, de Cantley, au camp... (Johany Jutras, LCF)

Agrandir

Le secondeur Marc-Antoine Laurin, de Cantley, au camp d'évaluation des espoirs de la LCF.

Johany Jutras, LCF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les dirigeants du Rouge et Noir ont regardé. Ils ont pris des notes. Et surtout, ils ont posé beaucoup de questions.

Les finalistes de la coupe Grey ont participé au camp d'évaluation national de la Ligue canadienne de football, qui a pris fin dimanche à Toronto. Plus de 50 espoirs en vue du prochain repêchage ont été convoqués.

Dans le lot, il y avait deux joueurs défensifs de l'Outaouais. Mikaël Charland et Marc-Antoine Laurin ont été rencontrés par le Rouge et Noir, qui cherche à bonifier son contenu canadien.

Charland a été utilisé en tant que demi défensif, maraudeur et demi de coin chez les Stingers de Concordia tandis que Laurin a évolué au poste de secondeur chez les Gee Gees d'Ottawa. Les deux athlètes excellent aussi au sein des unités spéciales.

«Je suis assez athlétique. Je me déplace bien et j'aime jouer au sein des unités spéciales. Je suis un gars qui a beaucoup de hargne sur le terrain», a soutenu Laurin, qui a été approché par deux autres formations de la LCF en entrevue formelle.

«Ma langue maternelle est le français. J'ai eu un peu de difficulté en anglais, mais ça s'est quand même bien déroulé. C'était stressant un peu au début. C'est comme avoir une entrevue pour un emploi.»

À l'image des autres espoirs, Laurin n'a pas eu seulement à répondre à des questions. Le jeune homme originaire de Cantley a dû se soumettre à divers tests physiques. Que ce soit notamment le développé couché, les changements de direction ou les sauts en hauteur.

«C'est sûr que j'aimerais reprendre ma course sur 40 verges. Mais pour le reste, ça s'est bien passé, surtout les confrontations un contre un. Je suis satisfait de mon camp, même si je sais qu'il y a place à amélioration.»

Marc-Antoine Laurin, qui fait 6'1'' et 222 livres, a passé les derniers mois à guérir. Il s'était déchiré l'ischio jambier gauche durant le match Panda entre les Gee Gees et les Ravens de Carleton en octobre à la Place TD.

Ce fut sa dernière partie de football.

Sans surprise, les clubs de la LCF voulaient savoir s'il était remis de cette blessure. Le journaliste lui a posé la même question. Sa réponse?

«J'ai pu mettre la pédale dans le fond au camp», a soutenu Marc-Antoine Laurin.

Le repêchage aura lieu le 10 mai prochain. En 2015, trois joueurs originaires de l'Outaouais avaient trouvé preneur.

Danny Groulx s'était retrouvé chez les Eskimos d'Edmonton tandis que le centre-arrière William Langlais et le secondeur Ron Omara avaient abouti respectivement chez les Stampeders de Calgary et les Tiger-Cats de Hamilton.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer