Le Rouge et Noir dit avoir fini son magasinage hivernal

Le Rouge et Noir a présenté le quart... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le Rouge et Noir a présenté le quart Trevor Harris, l'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon et le centre-arrière Brendan Gillanders.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le bas de laine du Rouge et Noir contient encore de la monnaie. Mais l'équipe ne prévoit pas effectuer de grosses embauches additionnelles sur le marché des joueurs autonomes.

«Le gros de notre magasinage est terminé», a indiqué le directeur général Marcel Desjardins, vendredi, lors d'un point de presse à la Place TD. Son équipe avait convoqué les médias afin de présenter le quart Trevor Harris, le centre-arrière Brendan Gillanders et l'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon.

Trois agents libres que le Rouge et Noir ont mis sous contrat dans la dernière semaine. Le trio était assis aux côtés de Desjardins et de l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«Ce sont trois joueurs de qualité sur le terrain, mais également dans la communauté», a rappelé le dg franco-ontarien.

Ce dernier compte ajouter d'autres joueurs à l'alignement dans les prochaines semaines. Ils proviendront surtout du repêchage de la LCF prévu le 10 mai.

Pourrait-on assister à une transaction permettant d'ajouter un partant à la défensive, qui a perdu plusieurs gros morceaux avec le départ des Capicciotti, Johnson et Shologan? «Probablement non», a répondu Desjardins.

La question était posée car des clubs qui ont dépensé beaucoup d'argent ces derniers jours chercheront maintenant à se débarrasser de hauts salariés. Tiens, les Alouettes de Montréal cherchent une équipe intéressée à obtenir les services du secondeur québécois Henoc Muamba, qui possède de la famille dans la région d'Ottawa-Gatineau.

Pendant que Desjardins répondait aux questions en français, Gillanders et Harris chuchotaient.

«Trevor m'a demandé de lui traduire ce qui se disait. Il sait que je comprends le français et que je peux le parler un peu», a soutenu Gillanders, qui a grandi à Orléans avant de briller à l'Université d'Ottawa.

L'ancien joueur vedette des Gee Gees était visiblement le plus heureux des nouveaux venus à la table. Il pourra passer tout son temps dorénavant dans son patelin.

«Je n'en reviens pas de la réaction de mon entourage. En plus, je tiens tout juste de m'acheter une maison non loin de la promenade Riverside», a-t-il noté.

Gillanders, qui a passé les deux dernières années à Toronto chez les Argonauts, tenait à se joindre au Rouge et Noir. Son agent et lui ont contacté les finalistes de la Coupe Grey.

Ça tombait bien. Ottawa le voulait dans ses rangs. «Plus la saison avançait, plus tu voyais les Argos utiliser Brendan à l'attaque. Il pourrait surprendre beaucoup de gens comme demi offensif...», a laissé tomber Campbell.

«Il n'y a pas de controverse à la position de quart-arrière», assure Campbell

Rick Campbell assure que Henry Burris est l'homme... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Rick Campbell assure que Henry Burris est l'homme de confiance de l'équipe.

Etienne Ranger, LeDroit

Rick Campbell tenait à clarifier une chose à trois mois et demi du début du prochain camp d'entraînement. «Il n'y a pas de controverse à la position de quart-arrière, a insisté l'entraîneur-chef du Rouge et Noir.

«Henry Burris demeure notre homme de confiance», a-t-il ajouté. Ce dernier a entendu et lu ce qui a été dit et écrit au sujet de la venue de Trevor Harris à Ottawa.

Son équipe se retrouve maintenant avec les deux quarts les plus productifs de la LCF en 2015. De quoi justement alimenter le moulin à rumeurs.

Son patron a déjà indiqué que Harris prendra la relève en 2017, que Burris décide de poursuivre sa carrière ou non.

«Trevor s'avère un excellent quart. Mais comme nous l'avons mentionné, nous voulions mettre en place un plan de succession. Nous avons eu la discussion avec Henry et il s'est rangé derrière l'idée. Trevor aussi puisqu'il a préféré notre offre.»

Harris, 29 ans, a déjà confirmé qu'il a refusé des propositions plus alléchantes de formations rivales. Les Argonauts de Toronto voulaient conserver ses services.

Et les Alouettes de Montréal étaient aussi dans le coup. On dit que le directeur général Jim Popp n'était pas heureux de voir le quart aboutir chez le Rouge et Noir.

Campbell, lui, est visiblement content d'avoir l'heureux problème de deux «numéro un» sous la main.

«Tu ne peux jamais avoir assez de quarts de qualité dans une équipe. Regarde ces dernières années dans la LCF. Les clubs qui ont connu du succès, saison après saison, sont ceux qui avaient plusieurs quarts. Ça te permet aussi de survivre en cas d'une blessure.»

Parlez-en aux Alouettes, aux Roughriders, les Blue Bombers, les Lions et les Tiger-Cats qui ont perdu des quarts en 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer