Éric Deslauriers prend discrètement sa retraite

Après neuf saisons passées avec les Alouettes, le... (Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Après neuf saisons passées avec les Alouettes, le Gatinois Éric Deslauriers annonce qu'il prend sa retraite.

Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas de conférence de presse, ni de larmes et de mouchoirs pour annoncer sa retraite après neuf saisons chez les Alouettes de Montréal. Éric Deslauriers s'est contenté d'un simple communiqué pour annoncer que sa carrière de joueur de football professionnel était terminée.

«Je ne voulais pas faire déplacer le monde pour ça», explique le receveur gatinois au bout du fil. Il a accordé quelques entrevues ici et là jeudi. C'est tout.

Deslauriers, qui fêtera ses 35 ans le mois prochain, venait de terminer de répondre aux questions de TSN quand il a rappelé LeDroit.

Il dit avoir pris sa décision de remiser casque et épaulettes la semaine dernière.

Les Alouettes venaient de lui offrir de devenir dépisteur et adjoint aux opérations football. Il n'a pas hésité à dire oui.

«Je ne rajeunis pas. Et je commence à avoir des douleurs un peu partout. J'ai notamment des tendinites au talon d'Achille. J'ai déjà déchiré les ischio-jambiers de mes deux jambes. [...] Des fois, je portais des bottes pour dormir la nuit afin d'être en mesure de courir le lendemain à l'entraînement, énumère-t-il.»

«Mais en même temps, je suis chanceux. Je n'ai jamais eu de graves blessures.»

Pas de commotion cérébrale pendant ses neuf années dans la Ligue canadienne de football, toutes chez les Alouettes. La seule fois qu'il s'est fait mal au coco, c'était en se chamaillant avec des amis à l'école secondaire en Outaouais!

Deslauriers jonglait déjà avec l'idée de la retraite, il y a un an. Il en avait jasé longuement avec ses proches avant de décider de jouer une autre saison.

Cela lui a permis de disputer deux parties en 2015 dans sa région natale à la Place TD.

«Je suis bien chez les Alouettes. C'est pourquoi j'ai accepté ce poste. On m'a toujours bien traité, dit-il. Je suis très content de ma carrière. Oui, ce fut une dure saison l'an dernier. Mais j'ai vécu de beaux moments avec cette équipe. Je n'oublierai jamais les deux Coupes Grey que nous avons gagnées.»

Particulièrement celle en 2010 à Edmonton.

«J'avais réalisé un gros jeu, rappelle fièrement Deslauriers, qui avait porté le ballon sur dix verges sur une feinte de botté de dégagement.

Les amateurs se souviendront de lui pour une autre séquence mémorable dans les annales des Alouettes. Il avait capté la 395e passe de touché en carrière d'Anthony Calvillo en 2011. Un jeu qui permettait à son coéquipier de devenir le plus prolifique quart-arrière dans l'histoire de la LCF.

Sa carrière a commencé à Ottawa dans les rangs civils, dont chez les Myers Riders. Puis il a brillé dans la NCAA. Plus précisément à Eastern Michigan.

Ses succès avaient convaincu une équipe de la NFL, les Steelers de Pittsburgh, de lui accorder un essai à sa sortie des rangs collégiaux américains. Il avait toutefois été retranché plus tard durant l'été, ce qui a ouvert la porte vers son retour au Canada.

Les Alouettes, qui l'avaient repêché en première ronde en 2007, détenaient ses droits.

Deslauriers, qui fait 6' 4" et 206 livres, a capté 99 passes pour des gains de 1334 verges et trois touchés en 115 parties en carrière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer