Après le bébé, un nouveau contrat pour Lavoie

Patrick Lavoie reste avec le Rouge et Noir.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Lavoie reste avec le Rouge et Noir.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Patrick Lavoie n'avait pas le goût de quitter Ottawa. Ça tombait bien. Le Rouge et Noir ne voulait pas le voir se joindre à une équipe rivale.

Le résultat? Les deux parties se sont entendues mercredi sur une nouvelle entente qui assurera le retour du joueur québécois en 2016.

Le pacte s'avère d'une durée de trois saisons pour le centre-arrière et capitaine des unités spéciales.

«Je me sentais chez nous lors des deux dernières années à Ottawa, a soutenu Lavoie au Droit.

«Il n'y a pas grand-chose que je n'ai pas aimé. Le personnel d'entraîneurs est très bien. L'organisation a été bien construite et surtout, elle prend bien de ses joueurs, autant dans la préparation physique que le suivi médical.»

Lavoie, 28 ans, aurait pu devenir agent libre en février. Des clubs adverses se préparaient à lui déposer des offres.

«Le but était de rester à Ottawa. Mais je voulais avoir le salaire que je mérite, a-t-il avoué.

«Les négociations se sont bien déroulées et nous avons pu nous entendre», a-t-il ajouté.

Il s'agit de la première mise sous contrat d'importance du Rouge et Noir durant l'actuelle saison morte. L'équipe compte environ 20 joueurs dans ses rangs qui pourraient se prévaloir de leur autonomie complète.

Patrick Lavoie dit avoir été contacté à quelques reprises via messagerie texte par son coéquipier et quart-arrière Henry Burris. Ce dernier tentait de le convaincre de demeurer dans la capitale.

Une amitié s'est formé entre les deux hommes depuis le jour Un de la franchise. Le duo a notamment uni ses efforts pour marquer le premier touché du Rouge et Noir au match de la coupe Grey, il y a déjà trois semaines et demie, à Winnipeg.

«C'est sûr que j'ai gardé le ballon de mon touché», a avoué Lavoie, qui a capté 16 passes pour des gains de 140 verges et deux touchés en saison régulière.

Sa mise sous contrat se trouvait parmi les priorités de la direction durant l'hiver.

«C'est un joueur qui peut contribuer à plusieurs positions à l'attaque, que ce soit comme receveur, demi-offensif, ailier rapproché ou centre-arrière, a souligné le directeur général Marcel Desjardins, vantant au détour le leadership de son vétéran.

«La dernière chose, c'est que Patrick est un gars de caractère. Qui sait très bien se comporter. Et c'est important pour nous de garder autant de joueurs que possible comme lui.»

Ottawa l'avait réclamé lors du repêchage d'expansion. Patrick Lavoie était alors membre des Alouettes de Montréal.

À ses yeux, l'avenir du Rouge et Noir s'avère prometteur. Il dit comprendre que certains experts estiment que leur présence en finale a été le résultat d'un concours de circonstances.

Que certaines puissances étaient affaiblies par des blessures.

«Sauf que notre performance au match de la coupe Grey a prouvé que nous avions notre place. Si nous nous étions fait démolir, ça serait une autre histoire.»

Ottawa a laissé filer une avance à trois minutes de la fin de la partie, s'inclinant 26-20 aux mains des Eskimos d'Edmonton.

«Nous n'avons pas volé notre place. Nous avons été compétitifs durant toute la saison, a affirmé Lavoie.

«Nous pouvons espérer faire la même chose en 2016 et même mieux que la dernière saison», a-t-il ajouté.

D'ici le prochain camp d'entraînement, Patrick Lavoie tentera d'apprivoiser un nouveau rôle. Celui de papa.

Sa conjointe a donné naissance au premier enfant du couple, il y a une douzaine de jours.

Un autre facteur qui a pesé dans la décision de rester dans la capitale nationale.

«Ça me permet de rester proche de la famille», a indiqué Patrick Lavoie, natif de Sainte-Flavie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer