Un bilan positif

Rick Campbell et Marcel Desjardins ont dressé leur... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Rick Campbell et Marcel Desjardins ont dressé leur bilan de saison, mardi.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les plaies laissées par la défaite du Rouge et Noir d'Ottawa en finale de la coupe Grey dimanche sont encore fraîches, mais pour Marcel Desjardins et Rick Campbell, il était déjà temps de tourner la page 48 heures plus tard.

En dressant leur bilan de la deuxième saison du club de la Ligue canadienne de football mardi, le directeur général et l'entraîneur-chef ont mis l'accent sur le positif de cette campagne qui s'est soldée par un revers de 26-20 contre les Eskimos d'Edmonton à Winnipeg.

«C'est une défaite décevante, mais nous avons fait beaucoup de bonnes choses cette saison et on va se concentrer là-dessus et commencer à se préparer pour l'an prochain déjà», a lancé Desjardins d'entrée de jeu.

Une fiche de 12-6 et un championnat de la division Est vont certes faire grimper les attentes des partisans locaux en vue de cette troisième campagne du Rouge et Noir. Certains joueurs qui ont contribué à ces succès vont certes souhaiter aussi toucher des augmentations de salaire.

«C'est certain que les Canadiens qui sont partants ont beaucoup de valeur, mais on ne pourra pas garder tout le monde, c'est impossible. Il va falloir trouver un bon équilibre en terme de salaires vis-à-vis le ratio (de joueurs canadiens/américains), si le joueur est un partant, etc. Ce n'est pas un processus facile, même si on voulait ramener tout le monde, on ne pourra pas y arriver», estime Desjardins.

L'an dernier après une campagne de deux gains contre 16 revers, le d.g. avait identifié clairement qu'il avait besoin d'améliorer le groupe de receveurs de passe ainsi que la ligne offensive pour aider le quart Henry Burris, ce qu'il a fait. C'est moins clair cette fois.

«Nous n'avons pas de faiblesse évidente, donc nous allons chercher à être intelligents. On ne mettra pas des gars sous contrat juste pour les avoir sous contrat, il faut que ça cadre bien sous notre plafond salarial... La priorité est de garder nos partants à nous, et s'ils n'ont pas d'intérêt à rester, on va s'ajuster en conséquence», souligne-t-il.

Quant à Campbell, son message aux joueurs qu'il rencontrait individuellement mardi ainsi que mercredi était clair.

«Oui, tout le monde est déçu présentement, mais il faut trouver le moyen de revenir meilleurs l'an prochain, que ce soit en meilleure forme, en comprenant mieux (sa position) ou mentalement. Nous avons mis la barre plus haute cette saison, ce qui est une bonne chose, et nous allons continuer d'être affamés en arrivant l'an prochain. Nous avons une bonne fondation et il faut continuer de bâtir là-dessus», dit-il.

«Nous avons fait beaucoup de progrès. Je ne suis pas surpris qu'on ait tourné le coin. Je n'aurais pas prédit qu'on finirait au premier rang ou qu'on irait à la coupe Grey, mais après notre première saison, nous avions un bon noyau de joueurs pour espérer avoir une bonne équipe de football et il fallait juste ajouter des morceaux au casse-tête, ce qu'on a fait et on va continuer à le faire. Le travail n'est jamais terminé, c'est une affaire de 12 mois par année», a-t-il ajouté.

À leur arrivée dans la capitale, le d.g. et l'entraîneur-chef avaient tous deux paraphé des contrats de trois ans auquel il reste une autre saison. Il ne faudrait cependant pas se surprendre que des prolongations de contrat leur soient offertes par la direction.

Quand Desjardins s'est fait demander par le Droit s'il aimerait offrir un nouveau pacte à Campbell, qui était à côté de lui, il a répondu du tac au tac en blaguant: «Et moi?»

«C'est un processus, a-t-il poursuivi plus sérieusement. Ça va de l'un à l'autre, aux entraîneurs (adjoints). Il faut faire les choses de la bonne manière. Les chances sont que les choses vont fonctionner comme on s'y attend, mais on ne sait pas quand.»

«Je n'ai pas eu de discussions jusqu'à maintenant, mais je suis heureux d'être ici», a pour sa part commenté Campbell à ce sujet.

Marcel Desjardins a aussi spécifié pendant le point de presse qu'aucun autre club de la LCF n'avait demandé la permission de parler à un des adjoints de Rick Campbell.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer