«On se retrouve avec rien», se désole Pruneau

«On voulait tellement gagner. Là, on se retrouve... (John Woods, PC)

Agrandir

«On voulait tellement gagner. Là, on se retrouve avec rien. C'est un mauvais feeling», se désolait Antoine Pruneau. À sa droite, on peut voir Jermaine Robinson.

John Woods, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(WINNIPEG) Antoine Pruneau était sous le choc. Plus loin dans le vestiaire, Brad Sinopoli faisait de son mieux pour ne pas pleurer.

«On voulait tellement gagner. Là, on se retrouve avec rien. C'est un mauvais feeling», disait Pruneau.

«Ce n'est pas la façon dont nous avons perdu qui me dérange, c'est le résultat. Ça montre à quel point la victoire ou une défaite ne tient pas à grand-chose [...], a ajouté le secondeur québécois. C'est un trop beau parcours pour que ça finisse.»

Une opinion partagée par son compatriote Patrick Lavoie.

«Nous avons connu tellement une si bonne saison. Je ne pensais pas que ça prendrait fin de cette façon-là.»

Sinopoli, lui, avait gagné la coupe Grey l'an dernier chez les Stampeders de Calgary. Là, le receveur se trouve dans le camp perdant.

«Ce n'est pas plaisant... La victoire nous a glissé entre les mains. Ça fait mal d'échapper le match dans les dernières minutes, a dit Sinopoli, limité à une réception et huit verges.

Le demi Abdul Kanneh, qui a écopé d'une des pénalités coûteuses, a reconnu ses torts. «J'ai commis un geste qui n'est pas permis. Les arbitres ont bien fait leur travail», a-t-il dit.

L'entraîneur-chef Rick Campbell a été calme en point de presse.

«Je ne suis pas fâché, mais plutôt déçu... J'ai le coeur brisé... Je suis fier de nos joueurs, a-t-il commencé par dire. Ce qui rend le tout décevant, c'est que nous avons eu nos chances. Nous avons été incapables d'en profiter. Edmonton a saisi, de son côté, les occasions devant elle.»

Shavers s'est retrouvé dans la bonne équipe

Au début de l'été, le Rouge et Noir... (Darryl Dyck, PC) - image 3.0

Agrandir

Au début de l'été, le Rouge et Noir a retranché Akeem Shavers. Les Eskimos lui ont alors fait signe.

Darryl Dyck, PC

Akeem Shavers riait. Il pleurait aussi. Des larmes de joie. Tout le contraste avec son début d'été.

Le Rouge et Noir venait de le retrancher au camp d'entraînement. Les Eskimos lui ont alors fait signe.

Et depuis quelques heures, le porteur de ballon se trouve dans le bon camp. «Celui des champions», a souligné Shavers.

«Quand Ottawa m'a congédié, ce fut un choc. J'ai pleuré. Je ne comprenais pas. Je ne pensais pas jouer à nouveau au football.»

Un autre joueur heureux? L'ailier défensif Mathieu Boulay, originaire de Magog.

«Je ne ressens que de la joie en ce moment», a-t-il lancé, flanqué de parents et amis sur les terrains inondés de confettis.

«C'est le plus beau moment de ma vie. Je n'ai jamais gagné de championnats au niveau collégial et universitaire, ni à l'école secondaire.»

Les Eskimos, dit-il n'ont jamais été inquiet au quatrième quart, même s'ils tiraient de l'arrière par deux points.

«Nous avions que ce serait un match difficile... un match serré. Nous sommes habitués à ça. Plusieurs de nos parties se sont décidées comme ça.»

Le quart-arrière Mike Reilly, qui a complété 21 de 35 passes pour 269 verges et deux touchés, a été nommé joueur par excellence du match de la coupe Grey. Son coéquipier et receveur Shamawd Chambers a été sélectionné en tant que joueur canadien de la rencontre.

«J'ai assisté au gala de la LCF plus tôt dans la semaine. J'ai vu le Rouge et Noir gagner tous ses trophées, a-t-il relaté.

«Ce fut une motivation», a-t-il avoué.

Partager

À lire aussi

  • La coupe Grey échappe au Rouge et Noir

    Football

    La coupe Grey échappe au Rouge et Noir

    Le Rouge et Noir a commencé sa journée en allumant des lampions dans une église de Winnipeg. Le miracle tant souhaité ne s'est toutefois pas réalisé... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer