Edmonton se méfie du Rouge et Noir

L'entraîneur des Eskimos, Chris Jones, n'a aucun doute... (Mark Blinch, Reuters)

Agrandir

L'entraîneur des Eskimos, Chris Jones, n'a aucun doute que son quart Mike Reilly (sur la photo) sera à la hauteur face à Henry Burris du Rouge et Noir.

Mark Blinch, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Winnipeg, Manitoba) Ils sont les favoris pour remporter la coupe Grey et ils le savent très bien. Ça n'empêche pas les Eskimos d'Edmonton de se méfier du Rouge et Noir.

Les deux clubs s'affronteront dimanche soir lors de la 103e finale de la Ligue canadienne de football (LCF) au Investors Group Field de Winnipeg. Même les ours polaires du zoo local ont prédit une victoire des champions de l'Ouest lors d'une activité médiatique organisée dans les dernières heures.

«Ah ben tabarnouche. Nous sommes chanceux, a lancé en riant l'ailier défensif des Eskimos, Mathieu Boulay.

«Nous ne tenons pas Ottawa pour acquis. C'est une très bonne équipe et il y a une raison pourquoi elle s'est rendue jusqu'ici.»

Boulay a rappelé qu'un des deux matches entre les deux clubs en juillet avait été serré. Mais le quart-arrière des Eskimos, Mike Rielly, était absent.

«Sa présence va nous aider beaucoup», a reconnu le joueur québécois, samedi, à la veille du match de la coupe Grey.

Rielly a complété 65 % de ses passes pour des gains de 2449 verges, 15 touchés et 10 interceptions, en 10 parties en 2015. Il en sera à un premier départ dans une finale de la LCF.

À l'opposé, Henry Burris entamera un quatrième match de la coupe Grey. Il a été élu joueur par excellence de la dernière saison, jeudi, lors du gala annuel du circuit.

L'entraîneur-chef des Eskimos, Chris Jones, ne croit pas que Rielly pourrait être intimidé d'affronter un futur membre du Temple de la renommée. Au contraire.

«Mike, c'est un gagnant. Que ce soit au golf, au mini-putt, au soccer ou tout autre sport, il va tout faire pour te vaincre. Il n'est jamais nerveux. Il a confiance dans ses habiletés.»

Il reste que le mot d'ordre chez les Eskimos est de tout faire pour déranger Burris. Ce dernier n'avait réussi aucune passe de touché dans les deux joutes contre Edmonton cet été.

«Il ne faut pas dormir au gaz face à Hank et tous ses receveurs. Sinon, nous allons nous creuser un gros trou rapidement dans le match», a soutenu le porteur de ballon Akeem Shavers.

Son nom sonne familier? Il a participé au camp d'entraînement du Rouge et Noir en juin avant d'être retranché. La direction avait préféré conserver Chevon Walker et Jeremiah Johnson.

Le voilà au sein de l'alignement partant d'Edmonton.

Ottawa a beau être négligé, mais il pourrait compter sur l'appui de la foule. Ici à Winnipeg, on déteste les Eskimos.

Puis, plusieurs centaines de partisans des Stampeders avaient déjà acheté leur billet en vue du match de la coupe Grey, croyant que leur club favori pourrait défendre son titre de champion. Ils comptent se rabattre sur le Rouge et Noir, qui aligne plusieurs anciens joueurs de Calgary.

«Edmonton, c'est l'Empire du mal pour ces partisans», a rappelé Henry Burris plus tôt dans la semaine.

Ce dernier a rencontré les medias une dernière fois avant la finale. Il a dit toutes les bonnes choses, évitant de piquer les Eskimos.

«Je dois bien protéger le ballon et me servir de ma mobilité pour essayer de contrer cette excellente défensive qui les amené jusqu'à ce match de la coupe Grey», a dit Burris.

L'entraîneur-chef Rick Campbell a confirmé que le seul changement apporté à l'alignement s'avère l'ajout de Brandon Sermons au poste de demi de coin. Forrest Hightower devait être celui qui prendrait la place de Jerrell Gavins, blessé. Mais il traîne encore un bobo à une jambe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer