Un gala tout en Rouge et Noir

Le quart-arrière Henry Burris a remporté le trophée... (Darryl Dyck, PC)

Agrandir

Le quart-arrière Henry Burris a remporté le trophée du joueur par excellence de la saison, ainsi que le trophée Tom-Pate pour son engagement dans la communauté.

Darryl Dyck, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(WINNIPEG) Peu importe le résultat du match de la Coupe Grey, le Rouge et Noir ne repartira pas les mains vides du Manitoba.

La jeune franchise a remporté cinq des 11 trophées remis jeudi soir lors du gala annuel de la LCF, dont celui du joueur par excellence. Ce prix a été décerné au quart-arrière Henry Burris, qui vient de connaître la meilleure saison de sa carrière à l'âge de 40 ans.

En plus de réécrire deux records de la LCF, le vétéran du Rouge et Noir a brisé deux marques personnelles en complétant 70,9% de ses passes pour 5693 verges. «Tous ces trophées gagnés par l'équipe, ça démontre le travail effectué depuis deux ans par cette équipe-ci. [...] On peut dire qu'Ottawa est bel et bien de retour sur l'échiquier du football canadien», a dit Burris, qui avait obtenu pareil honneur, il y a cinq ans.

Ce dernier a reçu 71 de 75 votes de premières places. Le quart des Stampeders de Calgary, Bo Levi Mitchell, était l'autre finaliste.

Burris, dont plusieurs observateurs croyaient au bout du rouleau, a mené son équipe au premier rang de la division Est. Il est devenu le premier joueur d'un club d'Ottawa à mettre la main sur le titre du joueur par excellence depuis Tony Gabriel en 1978. 

«Avoir mes parents ici, ma femme et mes enfants, ça rend le tout encore plus spécial... Je pense surtout à mes deux garçons. Ils vont se souvenir de cette soirée pour longtemps», a soutenu Henry Burris, visiblement touché par la reconnaissance.

L'association des joueurs de la LCF lui a aussi remis le trophée Tom Pate pour son implication dans la communauté. «J'ai vu mon père aider plusieurs enfants en tant que travailleur social. J'essaie à mon tour d'en faire de même via la fondation que j'ai fondée en compagnie de mon épouse», a-t-il souligné.

Avant de monter sur le podium à la fin du gala, Burris a pu applaudir ses coéquipiers Brad Sinopoli et SirVicent Rogers de même que son patron Rick Campbell.

Le receveur Brad Sinopoli a été nommé joueur... (Jonathan Hayward, PC) - image 2.0

Agrandir

Le receveur Brad Sinopoli a été nommé joueur canadien par excellence.

Jonathan Hayward, PC

Le bloqueur SirVincent Rogers a été primé à... (Jonathan Hayward, PC) - image 2.1

Agrandir

Le bloqueur SirVincent Rogers a été primé à titre de joueur de ligne offensive par excellence.

Jonathan Hayward, PC

Le receveur Sinopoli, qui a capté 86 passes pour 1035 verges cette saison, a été nommé joueur canadien par excellence. Un honneur que Gabriel avait remporté à quatre reprises durant sa carrière.

Sinopoli, un ancien quart-arrière étoile à l'Université d'Ottawa, avait même songé à la retraite lorsque les Stampeders l'avaient libéré en juin 2012. Une blessure à un vétéran l'avait ramené dans le giron de cette équipe, qui avait décidé de le muter plus tard en receveur de passes.

«Je ne pensais jamais à ce moment disputer une autre partie de football», a ajouté Sinopoli, qui s'est joint au Rouge et Noir à titre d'agent libre en février.

Un autre joueur autonome embauché par Ottawa, le bloqueur Rogers, a été primé à titre de joueur de ligne offensive par excellence. Son arrivée a solidifié la ligne offensive qui  n'a alloué que 43 sacs. «Je ne vais pas mentir. C'est pas mal cool de gagner ça», a-t-il réagi en remerciant au passage plusieurs coéquipiers.

«Mon but est de gagner par contre un championnat dimanche. Sans eux, ce ne sera pas possible.»

Rick Campbell a remporté le trophée Annis-Stukus octroyé... (Jonathan Hayward, PC) - image 3.0

Agrandir

Rick Campbell a remporté le trophée Annis-Stukus octroyé à l'entraîneur-chef de l'année.

Jonathan Hayward, PC

La soirée fut spéciale aussi pour la famille Campbell. Rick a remporté le trophée Annis-Stukus octroyé à l'entraîneur-chef de l'année. Son père Hugh a reçu le même honneur en 1979 à la tête des Eskimos d'Edmonton, qui avaient remporté la coupe Grey.

«C'est donc de la bonne chance, ça», a lancé en riant Rick Campbell, dont le Rouge et Noir est passé en d'une fiche de 2-16 à 12-6 sous ses ordres.

Son vis-à-vis dans cette catégorie était l'entraîneur actuel des Eskimos, Chris Jones. Son club affrontera Ottawa, ce week-end, lors du match de la coupe Grey.

«J'aimerais féliciter Chris pour la très belle saison. J'espère par contre que ça se terminera mal pour lui dimanche», a lancé Campbell en acceptant son trophée.

La foule a trouvé la remarque très drôle, les partisans des Eskimos un peu moins.

Le secondeur des Lions, Adam Bighill (joueur défensif), le spécialiste des retours de botté des Tiger-Cats, Brandon Banks (unités spéciales) et le receveur des Eskimos, Derel Walker (recrue par excellence), ont aussi été célébrés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer