Les mains loin de la coupe Grey

Les joueurs du Rouge et Noir Shawn Lemon... (Nathan Denette, PC)

Agrandir

Les joueurs du Rouge et Noir Shawn Lemon et Maurice Price regardent de près la coupe Grey, sans toutefois la toucher.

Nathan Denette, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un à un, ils défilaient aux côtés de la coupe Grey. Certains voulaient leur photo avec le trophée centenaire. D'autres s'amusaient à retrouver leur nom gravé sur une des nombreuses plaquettes réservées aux équipes gagnantes.

Un seul mot d'ordre avait été donné aux joueurs du Rouge et Noir. «Je ne veux pas voir vos empreintes là-dessus», a relaté l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Superstitieux, le coach? «Je veux que ce trophée continue de briller», a-t-il ajouté, sourire en coin.

La règle non écrite veut que les joueurs ne posent pas leur main sur la coupe dans les jours précédents la finale. Agir dans le sens contraire porterait malchance.

«Je ne crois pas là-dedans», a affirmé le joueur défensif de l'année du Rouge et Noir, Damaso Munoz. «Mais par respect à mes coéquipiers qui sont superstitieux, je n'ai pas touché au trophée. Mais je compte bien y toucher dimanche et y boire un peu de champagne dedans.»

Le botteur Chris Milo a aussi été prudent autour du trophée. Il était flanqué par les plaqueurs Keith Shologan et Zack Evans. Les trois joueurs canadiens ont gagné la coupe Grey ensemble en 2013 chez les Roughriders de la Saskatchewan.

«On cherchait notre nom dessus. C'est le fun de le voir. Ça rappelle surtout de bons souvenirs, a dit Milo. La dernière fois que j'ai touché à la coupe, c'était il y a deux ans. Et la prochaine fois, si tout va bien, ce sera dimanche.»

Pour y arriver, le Rouge et Noir devra résoudre l'énigme que représentent les Eskimos d'Edmonton. Un club qui a gagné ses neuf dernières parties. Une équipe qu'Ottawa n'a pu vaincre en 2015.

Une des deux défaites avait des allures de leçon de football 101.

Le Rouge et Noir s'était incliné 46-17 à Edmonton, tôt en juillet, après avoir entamé la saison avec deux victoires.

«Un revers qui a été bénéfique pour notre équipe. Elle nous a permis de réaliser ce qu'il fallait faire pour gagner», avait soutenu Campbell, la veille, en point de presse.

Ce dernier a dirigé jeudi le seul entraînement privé de son club. Même chose chez les Eskimos. L'unique moment de la semaine lors duquel les caméras seront gardées loin du terrain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer