Le défi du Rouge et Noir: éviter les distractions

L'entraîneur Rick Campbell, sur la photo avec le... (Sean Kilpatrick, PC)

Agrandir

L'entraîneur Rick Campbell, sur la photo avec le trophée, compte sur ses vétérans pour calmer les plus jeunes à l'approche du match de la Coupe Grey.

Sean Kilpatrick, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les célébrations auront été de courte durée pour le Rouge et Noir. Il était à peine huit heures que les joueurs se pointaient déjà les uns après les autres à la Place TD, lundi matin, au lendemain de leur victoire en finale de l'Est.

Un gain qui a permis à Ottawa d'accéder au match de la Coupe Grey, qui sera présenté dimanche prochain dans la très froide et déjà enneigée ville de Winnipeg. «Il nous reste une partie à gagner», a rappelé le demi de coin Abdul Kanneh, le roi des interceptions dans la Ligue canadienne de football.

La grande gueule du Rouge et Noir a peu dormi. Oui, il a fêté avec ses potes de la défensive. «Mais j'ai aussi dû regarder les faits saillants de notre victoire quatre ou cinq fois en arrivant chez moi. J'ai fait dodo pendant seulement deux heures», a-t-il relaté.

Kanneh, 25 ans, n'avait pas l'intention de retourner dans son lit après la réunion d'équipe.

«Le sommeil, c'est pour les perdants, a-t-il lancé en retraitant vers le vestiaire. Je veux gagner. Je veux mieux jouer. Je me mets au travail tout de suite.»

Un qui semblait reposé, c'est l'entraîneur-chef Rick Campbell. Il a imité Kanneh et s'est assis devant la télé en se pointant chez lui, tard dimanche soir.

«Ma conjointe et moi, nous avons fait jouer en boucle la séquence de l'attrapé spectaculaire de Greg Ellingson. Ça ne devenait pas ennuyant. Au contraire.»

Les conseils de Campbell

Le coach avait des frissons en revoyant la séquence qui a mené à la victoire des siens. Il a applaudi ses joueurs lundi à leur retour au boulot. Mais surtout, il leur a jasé de la prochaine semaine. Le Rouge et Noir prendra la direction de Winnipeg mardi après-midi. Plusieurs entraînements, mais aussi des activités promotionnelles les attendent.

Dans le lot, il y a le gala de la LCF dans lequel de nombreux joueurs de l'équipe sont en nomination.

«J'ai été honnête avec eux. Cette prochaine semaine ne ressemblera en rien aux autres qu'ils ont vécus cette saison. Elle sera spéciale. Il y aura des distractions. Mais ils doivent se rappeler que nous sommes près du but. S'ils gagnent la coupe, ils s'en souviendront pour le reste de leur vie.»

Campbell compte se rabattre sur une poignée de vétérans qui ont gagné la Coupe Grey dans les dernières années pour conseiller les plus jeunes. Un groupe qui comprend les Henry Burris, Brad Sinopoli, Jon Gott, Maurice Price, Christopher Milo, Keith Shologan, Zack Evans et Jovon Johnson.

«Je ne suis pas inquiet pour notre équipe. Elle sera prête. Elle ne se laissera pas emporter par le cirque médiatique autour de nous, a promis Johnson, qui était membre des champions de 2007, les Roughriders de la Saskatchewan.

«Puis nous savons que nous avons du travail devant nous. Ce ne fut pas notre meilleur match en défensive contre les Tiger-Cats de Hamilton.»

Ottawa, qui mise sur la meilleure défensive de la LCF, a été limité à un sac et une interception en finale de l'Est. «Nous pouvons faire mieux», a avoué Abdul Kanneh.

Le vent n'a pas freiné Milo

Chris Milo a réussi quatre placements dans la... (Sean Kilpatrick, PC) - image 3.0

Agrandir

Chris Milo a réussi quatre placements dans la victoire.

Sean Kilpatrick, PC

Sans lui, le Rouge et Noir n'aurait jamais été dans le coup. Sans lui, le club dresserait le bilan de sa deuxième saison au lieu de se préparer en vue du match de la coupe Grey.

Chris Milo a réussi quatre placements, dimanche, en finale de l'Est. Tout ça par une journée très venteuse à la Place TD. Sa dernière tentative était de 43 verges. Ça soufflait très fort vers lui avant que Kevin Malcolm effectue la remise.

«Je voulais juste faire une bonne frappe. Le ballon a tout juste passé le poteau des buts», a relaté Milo, lundi, moins de 24 heures après cette partie mémorable.

Neuf des 16 points de l'équipe en deuxième demie ont été gracieuseté du pied droit du botteur québécois.

«C'était un peu difficile car il y avait des rafales. Le vent changeait aussi parfois de bord dans le stade, surtout du côté où il y a la tour de condominiums... Il y avait un tourbillon.»

Milo s'était bien préparé pour ce piège. Il avait passé beaucoup de temps à botter avant le match dans cette direction.

«Tu essaies de juger le vent avant la partie et à la mi-temps. Mais tu ne sais jamais ce qui peut arriver une fois que tu arrives sur le terrain pendant le match.»

Ce dernier a célébré la victoire sur le terrain flanqué d'une douzaine d'amis et membres de sa famille.

Son père d'origine italienne était notamment sur place. Un joueur de soccer qui a transmis sa passion à son fils.

Milo a joué pendant 14 ans avec le ballon rond. Il a notamment porté les couleurs des formations AAA de Notre-Dame-de-Grâce.

«J'avais un peu plus de vitesse qu'aujourd'hui, a-t-il fait remarquer en riant. J'ai pris un peu de poids depuis ce temps-là.»

Le match de la coupe Grey mettra aux prises deux botteurs qui n'ont pas commencé la saison avec leur équipe actuelle.

Sean Whyte était membre des Alouettes de Montréal avant de se joindre aux Eskimos d'Edmonton. Milo, lui, a été remercié par les Roughriders de la Saskatchewan en juillet.

Le Rouge et Noir l'a mis sous contrat quelques semaines plus tard. Une de ses meilleures embauches de l'année.

L'ancien botteur étoile de l'université Laval a réussi 31 de ses 34 tentatives de placement. Il n'a jamais été aussi efficace depuis son arrivée dans la LCF en 2011.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer