À une victoire du match de la coupe Grey

Le receveur Greg Ellingson aété l'un des héros... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le receveur Greg Ellingson aété l'un des héros du match, avec trois touchés et 152 verges de réceptions.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça criait et ça sautait dans les estrades de la Place TD. Encore plus sur le terrain lorsque le match a pris fin.

Une salle comble de 24 459 spectateurs venait d'assister à du jamais vu depuis les défunts Rough Riders de 1978. Une équipe d'Ottawa dans la LCF qui remporte le titre de la division Est.

Le Rouge et Noir a survécu à trois revirements et plusieurs gaffes pour gagner 44-28, samedi soir, contre les Tiger-Cats de Hamilton. Du même coup, il a remporté le championnat de sa section.

«C'est fou comme ambiance», a lancé le receveur Greg Ellingson, un des héros avec trois touchés et 152 verges de réceptions.

Les partisans ont même fêté avec les joueurs dans l'heure qui a suivi cette victoire historique. Il fallait voir l'attroupement autour du quart-arrière Henry Burris.

«J'avais l'impression d'être à un concert d'AC/DC lorsque le guitariste soliste Angus Young invite la foule à monter sur la scène. C'est une soirée que je n'oublierai jamais. Je crois que la foule s'en souviendra pour toujours aussi», a soutenu Burris, qui dispute une 16e saison dans la Ligue canadienne de football.

«J'ai signé tellement d'autographes. Et les gens n'ont pas cessé de me dire que ça fait presque 40 ans qu'ils attendent ce moment, qu'ils attendent une équipe gagnante à Ottawa.»

Un peu plus loin, le centre-arrière Patrick Lavoie recevait aussi un traitement de vedette.

«Finir premier... C'est incroyable, a ajouté le centre-arrière Patrick Lavoie. Partir de si loin après l'an dernier...»

Le receveur Maurice Price a célébré avec les... (Adrian Wyld, PC) - image 2.0

Agrandir

Le receveur Maurice Price a célébré avec les partisans.

Adrian Wyld, PC

Lavoie et ses coéquipiers n'avaient récolté que deux victoires lors de la saison Un de l'équipe d'expansion. Ils complètent le calendrier régulier avec une fiche de 12-6, n'ayant pas perdu à leurs quatre dernières sorties.

«Maintenant, nous sommes à une victoire de participer au match de la coupe Grey... Incroyable», s'est empressé de rappeler le joueur québécois.

En finale de conférence

Avec ce gain contre les Tiger-Cats, Ottawa accède directement à la finale de conférence qui aura lieu dans la capitale le 22 novembre. Ce sera contre Hamilton ou Toronto, qui s'affronteront le week-end prochain.

Peu importe l'adversaire, le Rouge et Noir devra mieux jouer que samedi. Il menait 17-0 après un quart. Une avance qu'il a flambée.

Ottawa tirait même de l'arrière 20-17 à la mi-temps.

«Nous savions que les Ti-Cats ne baisseraient pas les bras. C'était à nous de répliquer en revenant sur le terrain à la deuxième demie», a soutenu le secondeur Damaso Munoz, qui a récupéré deux ballons échappés par l'adversaire dans ce match, qui avait un peu de tout.

Des records ont été égalés ou battus.

Tiens, Ellingson est devenu le quatrième receveur du Rouge et Noir à atteindre le cap des 1000 verges cette saison. Seuls les Alouettes de Montréal ont réussi pareil exploit au milieu des années 2000.

Burris a établi une nouvelle marque de la LCF en complétant 481 passes dans une saison. Il a terminé le match avec 28 passes, dont six pour des touchés.

Côté collectif, c'est la première fois qu'une équipe d'Ottawa gagne 12 matches en une saison. Même les Riders, durant leurs belles années, n'ont pas récolté autant de victoires.

Quoi d'autre?

Les Tiger-Cats ont marqué un touché sur un botté court au deuxième quart. Ils ont aussi inscrit deux points lorsque Brandon Banks a retourné un botté de transformation raté de Chris Milo jusque dans la zone des buts du Rouge et Noir.

«Mes amis au sud de la frontière vont dire que c'était un match bizarre. Mais moi je trouve que c'est ça qui rend la LCF intéressante et si excitante. Il y a toujours de ces jeux qui peuvent faire perdre quelques cheveux à des entraîneurs», a dit Campbell, qui a donné congé à ses joueurs jusqu'à mercredi.

«Ce n'est qu'un début», dit Sinopoli

Brad Sinopoli ne détesterait pas gagner la coupe Grey... (Adrian Wyld, PC) - image 4.0

Agrandir

Brad Sinopoli ne détesterait pas gagner la coupe Grey pour une deuxième fois en deux ans.

Adrian Wyld, PC

Deux en deux pour Brad Sinopoli? Pourquoi pas?

Le receveur canadien a gagné la coupe Grey l'an dernier chez les Stampeders de Calgary.

Puis en février, il a décidé de leur tourner le dos afin de se joindre au Rouge et Noir.

L'argent a pesé dans la balance. Mais c'est surtout le désir de revenir dans sa ville d'adoption qui a poussé l'ancienne vedette des Gee Gees de poursuivre sa carrière à Ottawa.

Sinopoli avait toutefois un message à lancer à tout le monde.

«Je crois que tout le monde comprend dans cette équipe que ce n'est que le début», a lancé le candidat au titre de joueur canadien par excellence dans la division Est.

Que le Rouge et Noir gagne le titre de sa division a surpris tout le monde, y compris même l'entraîneur-chef.

«Je me disais que ce serait très difficile en raison de la qualité des trois équipes dans notre section. Notre but était de s'assurer d'accéder aux éliminatoires. Après, tout est possible, a-t-il rappelé.

«Nos joueurs savourent cet exploit, mais ils savent très bien que le travail est loin d'être terminé. Et ils sont loin d'être comblé. Ils en veulent plus. Et ils réalisent qu'une pareille saison, qu'une pareille occasion, ne survient pas chaque année.»

Une victoire avec une touche franco

Greg Ellingson et Patrick Lavoie, en pleines célébrations... (Adrian Wyld, PC) - image 6.0

Agrandir

Greg Ellingson et Patrick Lavoie, en pleines célébrations

Adrian Wyld, PC

Un a provoqué un revirement. L'autre a réussi les deux premiers plaqués du match tandis que le troisième a inscrit un touché important.

Trois membres de la filière francophone du Rouge et Noir ont joué un rôle important dans la victoire historique de la jeune franchise. «C'est la meilleure façon de se faire des amis», a avoué en riant le secondeur Jonathan Beaulieu-Richard.

Ce dernier a arraché le ballon au joueur des Tiger-Cats, Brandon Banks, sur un retour de botté tôt au premier quart. Un jeu qui a mis la table à un touché du Rouge et Noir, une minute plus tard.

Il s'agissait du cinquième match de Beaulieu-Richard au sein de sa nouvelle équipe. Le pharmacien de formation et ancien joueur des Alouettes s'est amené à Ottawa en septembre afin de solidifier les unités spéciales.

«Tout le monde au sein d'une bonne équipe trouve le moyen de mettre son grain de sel. Il faut ça pour gagner», a noté le numéro 48.

Quant à son coéquipier Antoine Pruneau, il a stoppé Banks puis le porteur de ballon CJ Gable coup sur coup lors des deux premiers jeux des visiteurs samedi. Plus tard dans le match, Patrick Lavoie a ajouté un touché important au troisième quart.

Le centre-arrière québécois a capté une passe de six verges de Henry Burris qui donnait l'avance pour de bon au Rouge et Noir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer