Une autre chance de passer à l'histoire

Patrick Lavoie estime que les «partisans méritent une... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Lavoie estime que les «partisans méritent une victoire» samedi après-midi contre les Tiger-Cats de Hamilton.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jamais une équipe de la LCF à Ottawa n'a gagné 12 parties en une saison. La dernière fois qu'un club de la capitale a terminé premier de sa division, c'était en 1978.

Deux autres exploits qui s'avèrent à la portée du Rouge et Noir, samedi après-midi, lors de son dernier match du calendrier régulier. «Tranquillement pas vite, nous réécrivons l'histoire du football ici», souligne le botteur québécois Chris Milo.

Tous les billets ont été vendus pour cette joute à la Place TD. Un match qui s'annonce émotif avec la visite des Tiger-Cats de Hamilton (10-7), l'équipe qui pourchasse Ottawa (11-6).

Elle doit vaincre le Rouge et Noir par six points ou plus pour jouer les troubles-fêtes et doubler les favoris locaux au classement. Ajoutez à cela que les deux clubs se détestent. Il y a eu guerre de mots à la conclusion de la joute précédente.

«Tout le monde ne cesse de me parler de ce match depuis le début de la semaine. Tu sens à quel point ça revêt une importance, non seulement pour l'équipe, mais les amateurs», raconte le quart-arrière Henry Burris.

À commencer par... ses deux garçons. L'aîné devait participer à un important tournoi de hockey mineur à Niagara durant le week-end.

«Mais il sait à quel point son frère et lui pourraient être témoins d'une page d'histoire du football dans notre nouvelle ville d'adoption. Ils tiennent à venir nous encourager. Le plus vieux jouera deux matches là-bas vendredi et reviendra à temps samedi avec son frère et ma conjointe afin d'assister à notre match.»

Un geste qui a touché le paternel, le visage de cette jeune franchise.

Plusieurs anciens joueurs des défunts Renegades et Rough Riders sont tombés amoureux de cette bande de joueurs, une équipe composée de recrues issues des rangs universitaires et d'athlètes rejetés par les autres clubs de la LCF.

«J'ai quelques anciens joueurs qui m'ont parlé ces derniers jours, dont le botteur Pat Fleming. Il me parlait de la chance dont nous avions de jouer pour une équipe bien structurée, bien appuyée par des propriétaires sérieux, que ça faisait du bien de voir une équipe gagner.»

Le Rouge et Noir refuse toutefois de s'emballer. Les entraîneurs ont passé la semaine à marteler un message aux joueurs.

«Coach Campbell nous a répété que nous étions comme des marathoniens. Nous voyons maintenant le fil d'arrivée, mais il faut éviter de se laisser distraire par tous les gens qui applaudissent le long du parcours. Il faut plutôt continuer à courir si nous voulons gagner cette course», a relaté Henry Burris.

Ce fil d'arrivée, c'est le match de la coupe Grey à la fin novembre dans la froide et parfois ennuyante Winnipeg.

Ottawa a participé à la finale en 1981, les Riders s'inclinant contre les Eskimos d'Edmonton. Qui dirigeait l'équipe gagnante?

Hugh Campbell, le papa de Rick Campbell qui se trouve à la barre du Rouge et Noir.

«La motivation ne manquera pas pour cette partie-ci, avoue fiston Campbell.

«On a beau se préparer comme si ce n'était qu'une autre partie parmi plusieurs. Mais on sait très bien que ce n'est pas le cas, qu'il s'agit du match le plus important depuis longtemps à Ottawa, reconnaît le centre-arrière Patrick Lavoie. Nos partisans méritent une victoire.»

Dans la peau de Gumby

Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris... (Darryl Dyck, Archives PC) - image 3.0

Agrandir

Le quart-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa, Henry Burris

Darryl Dyck, Archives PC

C'était la première fois dans les rangs pros que Henry Burris portait une orthèse au genou gauche.

Le quart-arrière du Rouge et Noir a détesté l'expérience, dimanche dernier, à Hamilton. «Je ne possédais pas la même mobilité. Je ne pouvais pas plier le genou comme je voulais, explique-t-il. «Je me sentais comme Gumby, ajoute-t-il en faisant allusion au personnage animé vert pour enfants. J'imagine que je vais finir par m'y habituer.»

Burris a passé la présente semaine à s'entraîner avec l'orthèse en question. Il dit se sentir plus à l'aise. Ce qui a mené à une question importante. Comment se porte son genou?

La semaine passée, Burris disait ressentir encore des douleurs à la suite d'un plaqué douteux de l'ailier des Blue Bombers, Jamaal Westerman. Puis dimanche, ce fut au tour du secondeur des Tiger-Cats, Simoni Lawrence, de le frapper au même endroit. «Je te dirais que je me sentais vraiment comme un vieux de 40 ans après notre première pratique mercredi. Mais là, je me sens super bien.»

Pas intimidé par la foule

Les Tiger-Cats vont se rabattre sur un quart-arrière recrue pour vaincre le Rouge et Noir. Un joueur qui a été nommé Monsieur Football en Floride à l'âge de 17 ans en 2007.

Faites la connaissance de Jacory Harris, qui fait 6' 4" et qui aimait se pointer au stade avec un veston rose sur le dos dans les rangs collégiaux à l'Université de Miami. Il va remplacer Jeff Mathews, amoché lors du match précédent contre Ottawa.

«Je sais que le Rouge et Noir possède une défensive agressive. Je m'attends à ce que ça ne change pas pour moi», a lancé Harris vendredi lors de l'arrivée des Ti-Cats dans la capitale.

Ottawa mène la LCF au chapitre des sacs et des interceptions. Surtout, elle a envoyé trois quarts adverses sur la liste des blessés.

Ça ne semble pas inquiéter Harris. La foule bruyante de la Place TD ne l'énerve pas non plus.

Son équipe a passé la semaine à s'entraîner à travers de la musique forte. «J'ai déjà joué devant 105 000 personnes à Ohio State», a rappelé Harris, qui dispute sa première saison dans les rangs pros.

Il a pris la relève de Mathews, dimanche dernier, complétant quatre de cinq passes pour 60 verges. Dans les derniers jours, il a partagé le lot du travail à l'entraînement avec Jeremiah Masoli, un ancien quart étoile dans la NCAA qui a eu sa part de démêlés avec la justice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer