Le «Lemonator» sans pitié

Lemon a réalisé deux sacs du quart contre... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Lemon a réalisé deux sacs du quart contre les Tiger-Cats de Hamilton dimanche.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le «Lemonator» s'avère sans pitié pour ses adversaires depuis son arrivée à Ottawa.

Shawn Lemon a réussi deux autres sacs à son huitième match dans l'uniforme du Rouge et Noir, dimanche, contre les Tiger-Cats de Hamilton. Il a aussi ajouté un plaqué.

Son travail de démolition n'est pas passé inaperçu. La Ligue canadienne de football (LCF) l'a nommé mercredi un de trois joueurs de la dernière semaine.

«Un prix qui revient à coach Campbell, coach Nelson et coach Blugh, a soutenu l'ailier défensif après l'entraînement des siens à la Place TD. Ces trois entraîneurs ont élaboré un excellent plan de match. J'ai été utilisé d'une façon différente, ce qui m'a permis de réaliser des jeux importants.»

Ce fut de loin la meilleure sortie de Lemon, qui s'est joint au Rouge et Noir au début de septembre à titre de joueur autonome. Il a réussi jusqu'ici cinq sacs et 13 plaqués avec sa nouvelle équipe.

L'athlète du Maryland, qui fait 6' 2" et 251 livres, a préféré Ottawa à Calgary, le club dont il a fait partie lors des deux saisons précédentes. Il est devenu agent libre lorsque ses essais dans la NFL ont pris fin.

«Je ne regrette pas mon choix. Je suis très heureux ici. J'ai découvert un groupe formidable et uni. Surtout, je me retrouve aux côtés de jeunes joueurs affamés.

«Ça me rappelle mes débuts dans cette ligue, a dit Lemon, qui a aussi joué à Régina (2011) et Edmonton (2012). Je cherchais à me faire un nom comme eux en ce moment.»

De belles surprises

Ce qui le surprend le plus dans sa nouvelle ville d'adoption?

Que les amateurs le reconnaissent déjà ici et là. «On m'accroche quand je fais l'épicerie, a-t-il offert en exemple. Les gens sont excités par les succès de notre équipe. Ils aiment leur équipe de football. Ça se voit dans leur visage quand ils te parlent.»

Un autre exemple?

De nombreux partisans sont allés encourager le Rouge et Noir, le week-end dernier, à Hamilton. Ils ont aussi célébré la victoire avec les joueurs après le match à leur sortie du Tim Hortons Field.

Un des athlètes dont la photo a fait souvent le tour des médias sociaux?

Oui, celle d'un «Lemonator» souriant. Un personnage visiblement plus sympathique que le «Terminator», mais tout aussi dangereux sur le terrain.

Reste à savoir s'il sera de retour en force samedi pour le deuxième épisode de la série aller-retour entre le Rouge et Noir et les Tiger-Cats.

Le grand retour de Robinson

Le maraudeur Jermaine Robinson... (Etienne Ranger, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Le maraudeur Jermaine Robinson

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Ça devait être une saison de rêve. Ce fut plutôt un cauchemar pour Jermaine Robinson.

Une période noire qui tire à sa fin. Le maraudeur américain effectuera son retour au jeu, samedi après-midi, après une absence de quatre mois en raison de multiples blessures au poignet droit.

«Enfin», a laissé tomber Robinson, mercredi, après s'être entraîné avec la défensive du Rouge et Noir. «J'attends ce moment depuis longtemps. J'avoue être un brin nerveux.»

Robinson, 25 ans, avait été nommé au sein de l'alignement partant de l'équipe en juin après un essai concluant l'automne précédent. Il avait réussi 21 plaqués en sept parties.

On le voyait comme un morceau important d'une défensive jeune, mais agressive.

Mais dès le premier match de la saison à Montréal, Robinson s'est blessé en tentant d'enlever le ballon à un joueur des Alouettes. Il croyait à une simple contusion sur le coup.

«Mais ma main a enflé beaucoup en 15 minutes. Ce n'est jamais bon signe, a souligné le loquace athlète natif de Pittsburgh. Finalement, il y a eu beaucoup de dégâts. Il y a eu dislocation. Des ligaments ont été endommagés. On a dû m'opérer. Tout ça pour quelque chose que je croyais de banal au début.»

Au fil des semaines, Robinson n'a jamais raté un entraînement. On l'a vu courir ici et là à l'extrémité du terrain de la Place TD.

Le préparateur physique l'a fait gravir à plusieurs reprises une pente abrupte qui borde la zone des buts voisine de la promenade Queen Elizabeth.

«Je lui dois beaucoup, a dit Robinson. Je dois aussi mentionner que tout le monde m'a bien traité au sein de cette organisation. On m'a toujours encouragé. On m'a toujours fait sentir important... que j'étais encore un membre à part entière de l'équipe, même si je ne jouais pas. Mes coéquipiers ne cessaient de me répéter que je reviendrais pour un match important. Ils auront eu raison.»

Ottawa (11-6) peut s'assurer du championnat de sa division, samedi, lors de la dernière joute du calendrier régulier. Il terminera premier grâce à une victoire ou s'il perd par moins de six points contre Hamilton (10-7).

«J'ai hâte de contribuer à mon tour. Au fil des semaines, cette bande de joueurs m'a fait vivre tellement de beaux moments sur les lignes de côté. Je suis devenu le plus grand partisan de cette équipe.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer