Chris Milo, un beau cadeau

Chris Milo a fêté son 29e anniversaire lundi.... (Photo Darryl Dyck, archives PC)

Agrandir

Chris Milo a fêté son 29e anniversaire lundi.

Photo Darryl Dyck, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça fête ces jours-ci chez le Rouge et Noir.

Dimanche, l'équipe célébrait une autre victoire. Un gain de 12-6 à Hamilton qui la rapproche d'un premier championnat de division dans sa jeune histoire.

Puis lundi, on soulignait l'anniversaire de deux vétérans qui jouent un rôle-clé dans l'ascension surprenante du club de la capitale. Jovon Johnson et Chris Milo sont maintenant âgés respectivement de 32 et 29 ans.

Le premier s'amuse dans son rôle de mentor au sein d'une défensive qui mène la LCF au chapitre des interceptions et des sacs. Le second a réussi quatre autres placements dans le plus récent gain du Rouge et Noir.

Qui est mieux placé pour parler d'eux que l'homme qui les a embauchés, qui a cru en ces deux joueurs qui venaient d'être rejetés par leur équipe respective.

Les Blue Bombers de Winnipeg estimaient que Johnson était rendu au bout du rouleau en février 2014. Quant aux Roughriders de la Saskatchewan, ils n'avaient plus confiance en Milo au début de l'été.

Ce dernier n'a jamais botté aussi bien dans la LCF que depuis son arrivée à Ottawa à la fin de juillet. Il a réussi 30 de ses 33 tentatives pour une moyenne de réussite de 90,9%.

«Il (Milo) ne connaît pas seulement de bonnes performances sur le terrain, mais il a assumé un rôle de leader, note le directeur général Marcel Desjardins.

«C'est un gars calme qui ne se laisse pas déranger. J'aime son attitude en plus de ses habiletés.»

Le dg rappelle que Milo a dû s'occuper des dégagements à la suite de la blessure de l'autre botteur, Ronnie Pfeffer, tôt dans le match au Tim Hortons Field. Il a répondu en tenant le ballon loin de la vedette des Ti-Cats, Brandon Banks, qui a marqué quatre touchés cette saison sur des retours de botté.

Le ballon de son dernier botté de dégagement est sorti hors du terrain à la ligne d'une verge de l'adversaire.

Milo a été le grand responsable de deux autres victoires des siens. Il a réussi quatre placements dans un gain contre Winnipeg et trois autres à Régina.

«Tu le vois bien qu'il est confiant. Je compare ça à un golfeur. Quand tu es dans la «zone», tu frappes bien la balle. Ça semble facile. Lui, il (Chris) se trouve là en ce moment. Il est excellent.»

Son rendement ne surprend pas Desjardins.

«Je le connaissais déjà avant son arrivée ici. Nous l'avions eu à l'époque que j'étais à Montréal. Il était alors un botteur junior à St-Léonard. Je connaissais son tempérament.»

Quant à Pfeffer, sa participation au dernier match de la saison régulière prévue samedi est incertaine. S'il ne peut pas s'occuper des dégagements, Milo sera appelé à nouveau à effectuer du temps supplémentaire.

Le Rouge et Noir n'a nullement l'intention de dénicher un botteur américain. Il ne veut pas être obligé de retirer un joueur canadien de ses unités spéciales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer