Le Rouge et Noir à la pêche au record

Ottawa pourrait terminer la saison régulière avec quatre... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Ottawa pourrait terminer la saison régulière avec quatre receveurs ayant récolté plus de 1000 verges de passes. Chris Williams a d'ailleurs déjà franchi ce cap.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ernest Jackson excelle non seulement à capter des passes ces jours-ci, mais également avec une canne à pêche entre les mains.

Le joueur du Rouge et Noir a réussi la plus belle prise durant le week-end lors d'une sortie sur un lac en compagnie des autres receveurs de l'équipe. «Une grosse barbotte», précise-t-il, large sourire aux lèvres avant d'apporter un bémol.

«J'ai eu beaucoup de plaisir jusqu'au moment où j'ai dû décrocher le poisson de l'hameçon», ajoute-t-il. Son coéquipier Brad Sinopoli, amateur de chasse et pêche, a dû s'en charger.

«Pas question que je touche au poisson», soutient en riant Jackson, un colosse de 6' 2" et 220 livres.

Pourquoi l'anecdote?

Parce que Jackson voulait témoigner à quel point le Rouge et Noir forme un groupe uni. Surtout les receveurs de passe.

«Nous faisons plusieurs activités ensemble à l'extérieur du terrain. Il n'y a pas de clans. C'est une des raisons pourquoi nous connaissons du succès.»

Un exploit réussi par un seul club dans les annales de la LCF s'avère à la portée de ce groupe.

Tout un accomplissement

Ottawa pourrait terminer la saison régulière avec quatre receveurs ayant récolté plus de 1000 verges de passes. Seuls les Alouettes de Montréal ont réalisé ce tour de force en 2004 et 2005.

«Ça serait tout un accomplissement pour notre équipe», avoue Greg Ellingson, qui a amassé 807 verges en 15 parties. Il s'agit d'un sommet en carrière.

Même chose pour Ernest Jackson (868 verges) et Brad Sinopoli (886 verges). Chris Williams (1044 verges) est le premier dans le groupe à avoir franchi le cap des 1000 verges.

Et dire que plusieurs observateurs s'attendaient à ce que Maurice Price, obtenu via une transaction, soit le plus productif des receveurs. Il a capté 50 passes pour 503 verges jusqu'ici.

«N'importe quelle équipe dans la LCF voudrait dans son alignement un de ces receveurs. Nous sommes chanceux. Nous les avons tous au sein de notre club. Mais surtout, ils ne sont pas uniquement de bons athlètes, mais également de bons coéquipiers dans le vestiaire», affirme le quart-arrière Henry Burris, qui profite de cette manne.

Le vétéran de 40 ans connaît une de ses meilleures saisons en 16 saisons dans le circuit.

«C'est difficile pour un club adverse de stopper notre attaque aérienne. Si tu décides d'accorder un peu plus d'attention à un ou deux receveurs, il y en a deux autres qui vont te faire mal», rappelle Burris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer