Des moment excitants pour le Rouge et Noir

Le quart-arrière du Rouge et Noir Henry Burris... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le quart-arrière du Rouge et Noir Henry Burris s'est permis quelques blagues à la veille d'un affrontement important.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça va bien chez le Rouge et Noir. À quel point? Son quart-arrière vedette s'est même permis une blague sur les dysfonctions érectiles, jeudi matin, à la veille d'un match important.

Henry Burris répondait à un journaliste manitobain qui lui demandait comment il se sentait en tant qu'un des joueurs les plus âgés de la Ligue canadienne de football (LCF). «Je n'ai pas l'impression d'avoir 40 ans. Je me sens tout jeune. Je n'ai pas encore besoin de Viagra, Cialis ou une autre de ces pilules», a-t-il lancé en riant durant une mêlée de presse.

Le vétéran de 16 saisons a fait face à une douzaine de questions. Elles tournaient surtout autour de sa saison de rêve et celle de ses jeunes coéquipiers.

Burris domine le circuit avec 4635 verges de gain par la passe. Il pourrait éclipser plusieurs marques personnelles dans les quatre derniers matches de la saison.

Le Rouge et Noir, lui, peut s'assurer une participation aux éliminatoires en gagnant vendredi contre les Blue Bombers de Winnipeg à la Place TD. Il s'agirait de la première fois depuis 1994 qu'une équipe d'Ottawa accéderait au rendez-vous automnal.

«Ça fait longtemps que les gens d'ici attendent ce moment. Nous le savons», a soutenu Burris.

Un autre journaliste des Prairies lui a demandé si la fiche de 8-6 des siens le surprenait. Il lui a rappelé que le Rouge et Noir portait jusqu'à tout récemment l'étiquette d'équipe d'expansion.

«J'ai assisté à des revirements de situation sur une courte période de temps à deux reprises durant ma carrière, a relaté Burris.

«À ma première année à Hamilton, nous avions terminé avec un dossier de 6-12. La saison suivante, nous avions gagné 10 parties. Et surtout, nous avions participé au match de la coupe Grey. Espérons que le même scénario va se produire ici.»

On le rappelle. Ottawa n'a récolté que deux gains durant l'an 1. Une de ses victimes avait été les Bombers en octobre 2014.

Plusieurs membres de la défensive de même que de la ligne offensive de l'édition actuelle étaient de l'alignement pour cette victoire de 42-20.

«L'an dernier, nous avions plusieurs jeunots. Des joueurs qui ne connaissaient rien de notre circuit, de ses particularités ou règlements. Qui ne connaissaient pas qui étaient Gizmo Williams, Matt Dunigan et d'autres anciennes étoiles. Certains ignoraient même qu'Ottawa était la capitale du pays. Ils pensaient que c'était Toronto, a expliqué Burris en riant.

«Ils ont appris. Maintenant, ils ne portent plus de couches aux fesses, a-t-il imagé. Ils ont appris à marcher.»

Le numéro 1 a insisté sur une autre chose.

«S'assurer une place en éliminatoires n'est qu'un premier pas pour nous. Nous voyons plus loin que ça.»

Le vétéran centre-arrière Patrick Lavoie en a ajouté à ce sujet.

«Nous aimerions bien terminer plus que haut que troisièmes dans notre division. Ça nous permettrait de disputer un match éliminatoire à domicile. Ça serait une belle récompense pour nos amateurs», a affirmé le capitaine des unités spéciales.

Nick Rosamonda, de vendeur de lunettes à secondeur

Le secondeur Nick Rosamonda est l'un des trois... (Facebook) - image 3.0

Agrandir

Le secondeur Nick Rosamonda est l'un des trois nouveaux joueurs américains du Rouge et Noir qui disputeront un premier match, vendredi soir. 

Facebook

La semaine dernière, un pharmacien a été ajouté à l'alignement en Jonathan Beaulieu-Richard. Cette fois-ci, ce sera au tour d'un vendeur de lunettes de soleil d'effectuer ses débuts.

Le secondeur Nick Rosamonda est l'un des trois nouveaux joueurs américains du Rouge et Noir qui disputeront un premier match, vendredi soir. Le spécialiste des retours de botté, Reggie Dunn, de même que le secondeur Jeff Richards affronteront aussi les Blue Bombers.

«C'est toujours excitant de se joindre à une nouvelle équipe, surtout quand elle gagne», a avoué Rosamonda, embauché il y a trois semaines.

Ce dernier a brillé la saison dernière chez les Argonauts de Toronto. En huit parties, il a réussi quatre sacs.

Son contrat n'a toutefois pas été renouvelé après la saison. «J'ignore pourquoi on m'a libéré, a soutenu le natif d'Austin, au Texas, j'ai passé les derniers mois à travailler tout en attendant un appel d'une équipe.»

Tantôt, l'homme de 6' 1" et 212 livres a joué le rôle de préparateur physique auprès de jeunes athlètes. À d'autres moments, il donnait un coup de main à un ami.

«Il possède une compagnie de lunettes à soleil. Je l'ai aidé dans la vente.»

Dans les prochaines semaines, Rosamonda espère dépanner le Rouge et Noir, particulièrement au sein des unités spéciales.

Il sera surtout utilisé dans cet aspect du jeu en compagnie de Richards.

«Les changements apportés visent surtout à ajouter plus de rapidité au sein de nos unités spéciales», a expliqué l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Ronnie Pfeffer, qu'on a vu plus tôt cette saison durant des matches contre la Saskatchewan et la Colombie-Britannique, effectuera un retour. Il prendra la relève de Brett Maher, s'occupant des bottés d'envoi et de dégagement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer