Est-ce que Powell peut faire oublier Johnson?

Le demi offensif Jeremiah Johnson s'est disloqué le pied... (Justin Tang, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le demi offensif Jeremiah Johnson s'est disloqué le pied gauche lors du dernier match de l'équipe.

Justin Tang, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Appuyé sur des béquilles, Jeremiah Johnson encourageait ses coéquipiers. C'est la seule façon que le porteur de ballon pourra aider le Rouge et Noir d'ici la fin de la saison.

Le demi américain s'est disloqué le pied gauche lors du dernier match de l'équipe. «J'ignore si je devrai être opéré ou non», a-t-il dit, hier, en se pointant devant les médias.

Johnson savait une seule chose.

«Je ne jouerai pas à nouveau cette année», a-t-il reconnu.

«Dieu a un plan»

Ce dernier tentait de garder le moral, même si cette blessure survient à un mauvais moment dans sa carrière. Il s'était enfin forgé une place à plein-temps dans l'alignement.

Ses neuf touchés en faisaient un des meilleurs joueurs offensifs de la LCF.

«Je me dis que Dieu a un plan pour moi», a-t-il lancé à un certain moment dans la discussion.

Le Rouge et Noir, lui, a un plan B. Il s'appelle William Powell. Reste à voir si le Texan de 27 ans pourra faire des miracles avec un ballon dans les mains.

Le nouveau demi offensif a brillé en relève à Johnson contre les Argonauts de Toronto. Il a récolté 49 verges au sol en plus de capter sept passes pour 56 verges. Tout ça en une demie de jeu.

«Un petit aperçu de moi-même. J'espère en faire plus, a lancé Powell, sourire en coin.

Ce qu'on sait de lui? Il a brillé au soccer durant sa jeunesse avant de tenter sa chance au football.

«J'étais d'ailleurs un bon botteur», a-t-il concédé. Plusieurs équipes l'ont mis à l'essai au fil des ans, dont les Cardinals de l'Arizona qui en avaient fait leur principal demi offensif pendant quelques parties en 2012.

«C'est triste de perdre Jeremiah de cette façon. Il a effectué du solide boulot pour nous. Mais en même temps, c'est le tour à un autre joueur, a soutenu pour sa part l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«William possède plusieurs des mêmes atouts que Jeremiah. S'il continue de jouer de la même façon que l'autre soir, nous ne remarquerons aucune différence à la suite de ce changement.»

Campbell était aussi heureux de voir Henry Burris à son poste lors de ce premier entraînement. Le quart-arrière n'avait pas complété le dernier match après avoir été frappé au bras droit.

«Henry est prêt à jouer. Il ne souffre d'aucune séquelle de ce plaqué», a soutenu le coach.

mcomtois@LeDroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer