Les Griffons visent la perfection

Les Griffons du Cégep de l'Outaouais, sérieux candidats... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les Griffons du Cégep de l'Outaouais, sérieux candidats à la conquête du Bol d'or le mois prochain, en pleine séance d'entraînement vendredi.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son équipe a marqué en moyenne 36 points par match. Elle a gagné ses cinq parties depuis le début de l'automne.

Les Griffons du Cégep de l'Outaouais trônent au sommet de la section Sud-Ouest de la Ligue de football collégial du Québec. Ils flirtent avec la première saison parfaite de leur histoire.

Ça tombe bien. L'équipe fêtera justement ses 10 ans d'existence, samedi soir, au stade Mont-Bleu. Une cérémonie aura lieu avant le coup d'envoi du match entre les Lauréats de St-Hyacinthe et les Griffons.

Un des trois derniers matches au calendrier régulier de la formation gatinoise avant les éliminatoires.

Plus que jamais, les Griffons sont considérés en coulisse pour atteindre le match du Bol d'Or à la mi-novembre. Leur seule participation à la finale remonte à 2008.

Une prédiction que les joueurs tiennent à ignorer. «Comme notre coach nous répète depuis le début de la saison, nous ne pensons qu'au prochain match, notre prochain adversaire, lance le demi offensif Sébastien Béland.

«Jusqu'ici, c'est une formule gagnante. Ça évite aussi les distractions.»

«À l'image de plusieurs de nos années, la défensive s'avère très solide, surtout très agressive.»

Sébastien Tétreault
entraîneur-chef des Griffons

Une réponse relayée à l'entraîneur-chef Sébastien Tétreault. Il a adoré.

«À n'importe quel joueur tu poseras la même question, tu obtiendras la même réponse», a soutenu Tétreault, qui en est à sa deuxième saison à la barre des Griffons.

L'an dernier, ses joueurs ont terminé avec une fiche de 4-4, remportant les quatre dernières parties du calendrier.

Satisfaction... avec quelques bémols

Satisfait l'entraîneur de la présente saison?

«Oui, on peut utiliser le mot satisfait, mais nous avons encore beaucoup de choses sur lesquelles nous devons travailler, lance l'ancien joueur vedette des Gee Gees de l'Université d'Ottawa.

«Mais nous nous améliorons de match en match. Le nombre de verges de pénalité diminue depuis la deuxième partie. Nous allouons aussi beaucoup moins de verges au sol. Il y a beaucoup moins de plaqués ratés depuis trois matches.»

Tiens, par exemple la plus récente victoire des Griffons, qui ont gagné 27-10 dimanche dernier à St-Jérôme.

Le demi défensif Miguel Thibault a réussi deux interceptions tandis que ses coéquipiers ont récupéré trois ballons échappés par l'adversaire. À cela s'ajoutent six sacs.

«À l'image de plusieurs de nos années, la défensive s'avère très solide, surtout très agressive», avoue Tétreault.

L'offensive est nettement supérieure aux éditions précédentes comme en font foi les statistiques.

«Notre ligne à l'attaque fait la différence», souligne l'entraîneur-chef au sujet de ces cinq colosses qui oeuvrent souvent dans l'ombre.

Sébastien Béland, une recrue qui s'illustre

L'ancienne étoile des Tigres de Hormisdas-Gamelin a déjà... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 5.0

Agrandir

L'ancienne étoile des Tigres de Hormisdas-Gamelin a déjà récolté 100 verges ou plus au sol dans trois parties des Griffons.

Etienne Ranger, LeDroit

À 5' 8'', Sébastien Béland s'avère un des plus petits joueurs de son équipe. Surtout, il est un des plus rapides et un des plus difficiles à rabattre sur le terrain.

La recrue âgée de 17 ans a déjà récolté 100 verges ou plus au sol dans trois des cinq parties des Griffons. Le porteur de ballon avait amassé 230 verges lors de la première partie locale, tôt en septembre.

Béland était un des joueurs les plus sollicités par les équipes collégiales à sa sortie de l'école secondaire. L'ancienne étoile des Tigres de Hormisdas-Gamelin ne voulait toutefois pas s'éloigner de sa région natale.

«J'aime rester chez mes parents, prendre l'auto pour aller à l'école. C'est 30 minutes pour me rendre au Cégep. En plus, je connais plusieurs gars au sein de l'équipe. Des joueurs que j'ai affrontés dans les dernières années», explique l'étudiant en sciences de la nature.

Moins costaud

Ce dernier est moins costaud que lors de son passage chez les Tigres avec lesquels il a gagné les grands honneurs de la Ligue de football scolaire de l'Outaouais. Il faisait même osciller la balance à 210 livres, il y a deux ans.

«J'étais plus gras que maintenant, dit Béland, qui pèse 185 livres. Je me suis entraîné beaucoup depuis ce temps. J'ai perdu du poids. Je me sens en meilleure forme et ça paraît sur le terrain.»

Ce qu'il adore depuis ses débuts? Oui, il y a les victoires mais...

«J'aime l'esprit d'équipe. Des fois dans certains clubs, tu auras des gens qui chialent tout le temps. Mais pas ici. Ça roule bien. Une belle famille.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer