Un pharmacien au secours des unités spéciales

Le secondeur Jonathan Beaulieu-Richard.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le secondeur Jonathan Beaulieu-Richard.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Beaulieu-Richard ne regrette pas d'avoir délaissé les pilules et remiser son sarrau blanc de pharmacien pour renouer avec le football.

Le secondeur québécois disputera un premier match, ce soir, dans l'uniforme du Rouge et Noir. Une partie qui récompensera sa patience des 11 derniers mois.

Une période de temps durant laquelle il s'est remis d'une importante blessure à un genou subi à la fin de la saison dernière chez les Alouettes de Montréal. Plusieurs ligaments avaient été déchirés.

«Je suis excité de remettre l'uniforme, de jouer à nouveau au football. Ça va clore un chapitre, ma réhabilitation des derniers mois», a souligné Beaulieu-Richard, hier, à la veille de ce premier match avec son nouveau club.

Le Trifluvien de 26 ans, qui a étudié à l'Université de Montréal, effectuait du remplacement en tant que pharmacien lorsque le Rouge et Noir l'a appelé, il y a une douzaine de jours. Il a continué à s'entraîner entre ses quarts de travail dans l'éventualité qu'un club de la LCF lui fasse signe.

«L'an passé, j'ai prouvé que je pouvais être un joueur efficace au sein des unités spéciales. J'avais juste besoin d'une d'un entraînement ici pour me sentir à l'aise.»

Un remède?

Beaulieu-Richard s'est pointé dans la capitale, il y a huit jours. Ses patrons n'auront pas tardé à le lancer dans la mêlée.

Est-ce qu'un pharmacien serait le remède aux maux des unités spéciales du Rouge et Noir? On le saura rapidement.

«Je suis content que l'attente ait été très courte, de voir cette confiance des entraîneurs. Je vais essayer de donner un coup de main dans un aspect du jeu où nous avons un peu de difficultés. C'est très excitant», a soutenu Beaulieu-Richard, qui compte savourer pleinement sa première présence sur le terrain.

«Il faut que tu en profites, car tu ne sais jamais quand tu peux arrêter de jouer. Tout peut arriver»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer