Faire taire les mauvaises langues

Le Rouge et Noir a beau trôner au sommet de sa division à égalité avec les... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir a beau trôner au sommet de sa division à égalité avec les Tiger-Cats, personne ne semble le prendre au sérieux.

Un peu partout à travers la Ligue canadienne de football (LCF), on dit qu'Ottawa (8-5) l'a eu facile cette saison. Que sa fiche est trompeuse. Qu'une seule de ses huit victoires a été obtenue contre une équipe montrant un dossier positif.

Qu'il a vaincu trois fois les Alouettes de Montréal et deux fois les Roughriders de la Saskatchewan, derniers dans leur section respective. Qu'il a perdu à deux reprises contre les Eskimos d'Edmonton et les Argonauts de Toronto.

Des commentaires qui commencent à agacer les joueurs du Rouge et Noir, qui affronteront justement les Argos pour une troisième et dernière fois, mardi soir, à la Place TD.

« Personne ne nous respecte. Un peu tout le monde s'attend à nous voir nous écrouler, a soutenu Abdul Kanneh, auteur de trois interceptions en 13 parties.

« Nous, ça nous importe peu ce que les médias et autres gens qui n'ont jamais joué au football pensent de nous », a insisté par la suite le volubile demi de coin.

Un petit deux que ses coéquipiers et lui seront gonflés à bloc en vue de cette visite des Argos. Une équipe qui les a vaincus 35-26, il y a une semaine et demie, à Ottawa.

« Une partie dans laquelle nous avons commis des erreurs. Nous avons écopé de trop de pénalités, ce qui a donné plusieurs chances additionnelles à l'adversaire, a rappelé Kanneh, qui avait été le meilleur joueur défensif des siens avec sept plaqués. Il faut être plus discipliné et surtout garder nos yeux sur le joueur que nous devons surveiller. »

Le Rouge et Noir disputera un troisième match en 11 soirs. Une victoire viendrait clouer le bec à ses nombreux détracteurs.

L'équipe a eu l'occasion de tenir qu'un seul entraînement complet, dimanche, en vue de cette confrontation finale contre Toronto. Ça ne semblait pas effrayer entraîneurs et joueurs.

Le secondeur Antoine Pruneau a rappelé que les deux clubs se connaissent très bien. « Les Argonauts ont un système offensif très complexe. Il y a beaucoup de motions avant la remise. Ça crée de la confusion. C'est le fun de jouer contre eux si souvent. Nous sommes de plus en plus meilleurs à reconnaître leurs jeux », a-t-il expliqué.

Cette partie risque d'attirer la plus petite foule de l'histoire du Rouge et Noir à la Place TD, dont la moitié des sièges pourrait être vide. Plus de 12 000 billets sont toujours disponibles.

L'organisation n'a su que trois semaines passées que cette joute - initialement prévue au Rogers Center à Toronto - serait disputée à Ottawa. De plus, le match sera présenté un mardi, une rareté dans la LCF.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer