Beaulieu-Richard veut sa place

Le secondeur Jonathan Beaulieu-Richard, qui fêtera ses 27... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le secondeur Jonathan Beaulieu-Richard, qui fêtera ses 27 ans dans quelques jours, est heureux de pouvoir renouer avec le football.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Beaulieu-Richard souriait, hier, à son premier entraînement dans l'uniforme du Rouge et Noir. Mais il y a 11 mois, le secondeur québécois avait quitté le même terrain de la Place TD en grimaçant de douleur.

Le joueur de football originaire de Trois-Rivières évoluait alors chez les Alouettes de Montréal, qui étaient en ville pour un match. Il s'était blessé à un genou. Un coéquipier était tombé sur lui le long des lignes de côté après un jeu au sein des unités spéciales.

«Juste à cet endroit, a-t-il dit en montrant du doigt la ligne de 25 verges des visiteurs. Ça s'est passé devant le banc des joueurs.»

Beaulieu-Richard, qui fait 6'1» et 215 livres, n'a pas oublié cette séquence. Surtout que plus tôt dans la partie, il avait réalisé un jeu-clé, récupérant un ballon bloqué sur un botté de dégagement du Rouge et Noir.

Les Alouettes avaient remporté cette joute par une soirée d'octobre.

Mais Beaulieu-Richard n'allait plus jouer pour le reste de la saison. Il a dû être opéré. Le diagnostic des médecins? Déchirure du ligament croisé antérieur de même que du ligament collatéral tibial.

Résultat, il n'a pu retrouver la santé complète à temps pour le camp des Alouettes en juin. Le voilà maintenant à Ottawa où le Rouge et Noir l'a ajouté à son équipe d'entraînement dans les dernières heures.

«Ça fait du bien d'être de retour sur un terrain de foot, a avoué l'athlète âgé de 26 ans.

«C'était plate que ma saison prenne fin de cette façon l'an dernier. Tout allait bien pour moi au sein des unités spéciales jusqu'à ce moment-là. Ce fut une malchance. Mais ça fait partie du sport.»

Une blessure à une cheville avait mis fin à son année 2013 chez les Alouettes. Une année qu'il avait commencée chez les Tiger-Cats de Hamilton où il a côtoyé le quart-arrière Henry Burris et le receveur Greg Ellingson.

«C'est toujours le fun de revoir des visages qu'on connaît. Je ne suis pas trop dépaysé.»

En prime, Jonathan Beaulieu-Richard a pu se dénicher un toit rapidement. Un de ses amis, Alexandre, habite à Casselman.

Et comme la vie fait drôlement les choses, le Rouge et Noir disputera son prochain match contre les... Alouettes jeudi soir. Pour l'instant, le nouveau joueur québécois ne doit pas faire partie de l'alignement partant, mais ça pourrait changer.

«Si on me demande de jouer, je ne pourrai pas dire non! Je n'ai besoin que d'une pratique pour me sentir prêt.»

NOUVEAUX VISAGES

Ce dernier ne s'amène pas seul à Ottawa.

Le Rouge et Noir a embauché trois autres joueurs, dont le garde Simon Légaré, qui partage le même agent que Beaulieu-Richard. Il était lui aussi chez les Alouettes en 2014.

«Mais j'ai subi une blessure mineure à une cheville lors du camp d'entraînement cette année. On m'a libéré le lendemain du dernier match hors-concours», a raconté Légaré, qui compte de la famille en Outaouais.

Sa marraine Lucie et son parrain Yves habitent à Gatineau.

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer