Pourquoi pas la coupe Grey?

Henry Burris a récolté 477 verges par la... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Henry Burris a récolté 477 verges par la passe samedi à Régina.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peut-être que le Rouge et Noir sera enfin pris au sérieux. Qu'il commencera à être qualifié de sérieux aspirant à la coupe Grey.

Oui, une équipe capable de tout gagner cet automne. Même s'il s'agit seulement de sa deuxième saison dans la LCF.

Ottawa vient de gagner un quatrième match de suite. Une victoire de 30-27 obtenue samedi soir à Régina.

Le quart-arrière Henry Burris a démontré une fois de plus qu'il n'est pas prêt de remiser ses épaulettes. Il a amassé 477 verges par la passe contre les Roughriders de la Saskatchewan.

Un chiffre impressionnant. Du jamais vu dans la capitale.

Burris a brisé l'ancienne marque de 471 verges dans un match détenue par Chris Isaac. Ce dernier avait réalisé l'exploit en 1982 dans l'uniforme des défunts Rough Riders contre les Concordes de Montréal.

Samedi, ce fut au tour de Chris Williams et Ernest Jackson d'être les cibles favorites du quart âgé de 40 ans. Ils ont respectivement engrangé 137 et 101 verges.

La semaine précédente, Burris s'était tourné vers deux autres receveurs différents, Brad Sinopoli et Greg Ellingson, pour chasser les Lions de la Colombie-Britannique.

L'attaque du Rouge et Noir «clique» enfin. Et la défensive continue son bon travail.

Les Riders montrent peut-être la pire fiche au classement, mais ils alignent la meilleure attaque de la LCF. Ils auront été victimes de deux sacs et une interception durant le week-end.

Ottawa possède son lot de joueurs capables de réaliser des jeux clés, autant à l'attaque qu'en défensive. Il peut espérer non seulement doubler Hamilton au premier rang de la division Est, mais atteindre le match de la coupe Grey, le 29 novembre, à Winnipeg.

Ajoutez à cela que les Tiger-Cats pourraient devoir terminer la saison sans leur quart étoile Zach Collaros. Les Alouettes et les Argonauts ne s'avèrent plus aussi redoutables que par le passé.

Les astres s'alignent pour le Rouge et Noir, qui montre une fiche de 7-4. Un événement rare pour une équipe de football d'Ottawa.

Faut-il rappeler que les défunts Riders avaient participé au match de la coupe Grey pour la dernière fois en... 1981? Tôt ou tard, la capitale applaudira une équipe championne.

Pourquoi pas en 2015?

La franchise s'est enfin déniché un botteur capable de réaliser des placements sur une base régulière. Christopher Milo en a réussi trois autres contre les Riders, dont un de 14 verges pour donner la victoire au Rouge et Noir avec six secondes à écouler au match.

Puis il y a Brett Maher, qui est revenu au jeu. Il excellait l'an dernier pour les dégagements. Ce fut encore mieux samedi dans les Prairies où il a projeté le ballon sur une distance moyenne de 48,2 verges.

Des (trop) longs retours

Une seule chose inquiète. Qui nous empêche de miser tout sur cette équipe.

Ottawa ne cesse d'accorder de longs retours de botté à l'adversaire. La même histoire se répète semaine après semaine. Samedi, ce fut au tour de Tristan Jackson de ramener le ballon sur 70 verges avec 2:34 à faire au match.

Un jeu qui a mené à un placement des Riders, qui créaient l'égalité 27-27.

Une équipe qui veut devenir championne ne peut pas être une telle passoire sur les unités spéciales. L'entraîneur-chef Rick Campbell répète que les joueurs doivent être meilleurs, les entraîneurs aussi.

Sauf que rien n'a changé.

Et si le problème n'est pas réglé bientôt, le Rouge et Noir pourrait passer à côté de la meilleure opportunité qu'une franchise d'Ottawa a eue depuis une trentaine d'années de tout rafler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer