Mikael Charland retient l'attention de la LCF

Charland, 23 ans, avait pu les épater une... (Brianna Thicke, photo courtoisie)

Agrandir

Charland, 23 ans, avait pu les épater une première fois en mai dernier lors du défi Est-Ouest. Certains dirigeants l'avaient rencontré après le match.

Brianna Thicke, photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mikael Charland n'aurait pu choisir une meilleure façon pour se faire remarquer par les dépisteurs de la LCF.

Le demi défensif gatinois des Stingers de Concordia a réussi trois interceptions dans un gain des siens, le week-end dernier. Une performance qui lui a valu mercredi d'être nommé joueur défensif de la semaine dans les rangs universitaires canadiens.

«Je n'ai rien fait d'exceptionnel. J'étais juste à la bonne place et le ballon s'est dirigé vers moi», a souligné Charland au bout du fil.

On voulait lui jaser de ça. Mais aussi du prochain repêchage de la Ligue canadienne en mai 2016.

L'ancien joueur des Griffons du Cégep de l'Outaouais, qui fait 6' 4" et 210 livres, est épié par les neuf équipes. Certaines s'informent aussi en coulisses à son sujet.

Le timing de sa récente performance tombe bien. «Ça ne nuira sûrement pas. J'ai un bon début de saison. Je dois continuer à jouer de la même façon.»

Un mot: polyvalent

Ce qui l'aidera encore plus? Sa polyvalence.

Il s'agissait de son premier match à la position de demi défensif. «Les entraîneurs voulaient me placer dans une position où je pouvais réussir des jeux», a expliqué Charland, qui se débrouillait déjà très bien l'an dernier en tant que maraudeur.

À sa première saison chez les Stingers, on l'avait utilisé en tant que secondeur. Ajoutez à cela qu'il évolue au sein des unités spéciales.

Ce qui explique l'intérêt des clubs de la LCF à son endroit.

Charland, 23 ans, avait pu les épater une première fois en mai dernier lors du défi Est-Ouest. Certains dirigeants l'avaient rencontré après le match.

«On m'a dit qu'on me regarde jouer depuis un petit bout de temps, qu'on aimait la façon dont je joue, mon gabarit. Qu'on allait sûrement se revoir si je continuais de la sorte.»

Des mots qu'il n'a pas oubliés.

Et récemment, Charland a eu droit à une autre source de motivation. La LCF a dévoilé son classement des 20 plus beaux espoirs en vue du repêchage.

Son nom n'y figurait pas, malgré l'intérêt des formations.

«Ça ne me dérange pas, a-t-il commencé par dire. Ça me permet de passer sous les projecteurs et d'avoir moins de pression.»

Des projecteurs qui seront rivés sur lui dorénavant avec une telle performance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer