Maas innove chez le Rouge et Noir

Le coordonnateur offensif du Rouge et Noir, Jason... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le coordonnateur offensif du Rouge et Noir, Jason Maas

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir cherche par tous les moyens possibles d'améliorer son attaque. Sa dernière trouvaille? Lancer des... frisbees en direction de ses quarts-arrière pendant qu'ils tentent des passes lors des entraînements.

Une idée du coordonnateur à l'offensive, Jason Maas, qui n'est pas passée inaperçue. Un exercice qui a reçu le sceau d'approbation de ses patrons et ses joueurs.

«Jason est innovateur», a lancé le vétéran Henry Burris, qui croyait avoir tout vu depuis ses débuts dans la LCF en 1998. «Moi, j'ai adoré l'exercice. Ça fait changement aussi.»

Maas, qui a évolué à la position de quart pendant 11 saisons, voulait trouver une nouvelle façon de créer des distractions à l'entraînement. «Souvent dans un match, tu auras une main ou autre chose qui va se pointer dans ton champ de vision, a noté Maas.

«Le quart-arrière doit faire fi de tout et conserver sa concentration. Il doit aussi apprendre à esquiver rapidement. Quoi de mieux que de lancer des frisbees. Ça change de direction. Ça se pointe vite vers toi et surtout, ça ne fait pas mal et ça ne coûte pas cher!»

Un point sur lequel Burris était d'accord.

«Au moins, ce ne sont pas des clés anglaises», a laissé tomber le vétéran de 40 ans à la blague. Il faisait référence à la comédie Dodgeball durant laquelle un entraîneur de ballon-chasseur lance des outils en direction de ses joueurs pour aiguiser leurs réflexes.

L'entraîneur-chef Rick Campbell a bien aimé ce qu'il a vu.

«Jason avait une bonne idée. Il avait quelques frisbees qui traînaient dans son camion. Il avait déjà tenté quelque chose d'autre de différent plus tôt dans la saison.»

Des entraîneurs frappaient les quarts avec des nouilles de piscines modifiées durant leur motion en juin.

Maas en est à sa première saison à Ottawa après avoir dirigé les quarts et les receveurs à Toronto. Il a remplacé Mike Gibson en tant que coordonnateur à l'attaque en décembre.

L'organisation voulait obtenir une meilleure production de son offensive aérienne. Les statistiques commencent à lui donner raison.

Le Rouge et Noir a récolté en moyenne 289,2 verges par la passe en 2015. Seuls les Tiger Cats de Hamilton ont été meilleurs à ce chapitre.

Un allié pour Burris

L'arrivée de Maas a surtout donné un second souffle à Burris, qui a complété 68,1% de ses passes jusqu'ici en 2015. Un taux de réussite qu'il n'a jamais atteint auparavant durant sa carrière.

Ajoutez à cela qu'il n'a été victime que d'une interception à ses cinq dernières sorties.

«Jason a été à la bonne école. Il a appris sous la tutelle d'excellents entraîneurs offensifs tels que Marc Trestman à Montréal et Scott Milanovich à Toronto. Il a incorporé un système de jeu semblable ici. Les patrons lui ont donné les joueurs nécessaires et nous commençons à voir les résultats», a soutenu Burris

«Surtout, Jason est un excellent enseignant. Il ne se contente pas de dessiner des tracés sur un tableau. Il explique. Il discute. Il connaît tous ses joueurs, leurs forces et leurs faiblesses.»

Et Maas sait surtout comme les motiver.

«J'ai vraiment aimé son idée de lancer des frisbees», a répété Henry Burris à la fin de l'entrevue.

Dompter les Lions...et les terrains adverses

Une victoire en 13 parties sur les terrains adversaires en une saison et demie, c'est insuffisant. Le Rouge et Noir doit commencer à gagner sur la route.

Ce fut le message martelé par l'entraîneur-chef Rick Campbell, jeudi, à quelques jours du prochain match des siens. Une joute qui aura lieu dimanche à Vancouver où son équipe s'est fait dévorer 41-3, il y a 11 mois, par les Lions de la Colombie-Britannique.

Le pire revers subi par le Rouge et Noir en 2014. «Nous l'avions effacé de notre mémoire jusqu'au moment où vous l'avez soulevé», a lancé Campbell, sourire en coin, durant sa mêlée de presse quotidienne.

«C'est un club différent de l'an dernier que nous alignons. Nous avons plusieurs joueurs qui n'étaient pas présents à ce match.»

Il reste que le Rouge et Noir est allergique aux matches à l'étranger. Il a gagné une fois à Montréal cette saison avant de se faire détruire 46-17 à Edmonton, puis 48-3 à Calgary. C'est sans compter la victoire qu'il a laissé filer à Toronto.

«Il faut commencer à gagner sur la route. Il faut trouver une façon. Je sais que les gars adorent jouer à la maison. Il faut jouer de la même façon ailleurs. Surtout, il faut gagner, peu importe où le match se déroule, si nous voulons atteindre notre but.»

Le Rouge et Noir rêve d'une participation aux éliminatoires. Il lui reste neuf parties au calendrier régulier, dont des arrêts à Toronto, Hamilton, Régina, Winnipeg et Vancouver.

La bonne nouvelle?

Il devrait apporter seulement deux changements à son alignement en vue du prochain match contre les Lions. Le nouvel ailier défensif Shawn Lemon, embauché la semaine dernière à fort prix, remplacera Aston Whiteside, blessé à un genou.

Un autre ailier, Marlon Smith, s'avère un cas douteux. «Il s'est fait mal au dos pendant son sommeil», a souligné Campbell.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer