Déjà 10 ans de football chez les Griffons

Sébastien Tétreault, entraîneur-chef des Griffons... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Sébastien Tétreault, entraîneur-chef des Griffons

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Déjà une décennie de football collégial en Outaouais. Les Griffons ont entamé la 10e saison de leur histoire, le week-end dernier, à Saint-Hyacinthe.

Un match qu'ils ont remporté 27-6. Une victoire qui met la table à la rentrée locale de l'équipe, samedi soir, contre les Indiens du collège Ahuntsic au stade Mont-Bleu.

«Rapides, talentueux et disciplinés», lance le quart-arrière Olivier Sabourin en décrivant l'édition 2015 des Griffons.

Trois mots que l'entraîneur-chef Sébastien Tétreault aimera lire à quelques heures de la prochaine joute. Ses joueurs visent une première participation aux éliminatoires depuis trois ans.

À ses neuf premières saisons, le Cégep de l'Outaouais n'a accédé qu'une seule fois au match du Bol d'Or. C'était en 2008. Ça fait un bout de temps. Les Griffons sont dus, eux qui ont terminé avec une fiche de 4-4 l'an dernier.

On dit qu'ils sont une des équipes favorites en troisième division pour se rendre jusqu'au bout cet automne. Deux de leurs secondeurs, Joshua Walsh-Denis et Vincent Viau-Duval, ont déjà été recrutés par les Ravens de Carleton en vue de l'automne 2016.

D'autres joueurs sont dans la mire d'universités québécoises et ontariennes.

«Nous avons des attentes élevées. Je regarde notre groupe de receveurs. Tout le monde est de retour, souligne Sabourin en vantant au passage les porteurs de ballon.

«Notre ligne offensive est jeune, mais solide», ajoute-t-il.

La défensive sera à l'image des éditions précédentes. Les Griffons ont toujours été coriaces pour contrer les offensives adverses.

Porte-bonheur?

Et il y a aussi une statistique qui n'a pas échappé au coach.

L'équipe est invaincue avec Sabourin au poste de quart partant. Elle a gagné ses quatre dernières parties la saison dernière avec lui aux commandes de l'attaque.

Même chose, il y a six jours, contre les Lauréats de Saint-Hyacinthe.

«Je ne sais pas si c'est un porte-bonheur. Mais je sais juste qu'on gagne, soutient Tétreault en riant.

«Olivier joue avec confiance. Il possède un bon bras puissant. Ce n'est pas le gars le plus athlétique, mais il a démontré lors du dernier match qu'il est capable d'aller chercher des verges avec ses jambes. Il a gagné une quarantaine de verges au sol. Nous découvrons des choses à son sujet chaque semaine.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer