Desjardins sort le couperet

Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, n'a visiblement pas digéré la pénalité pour conduite anti-sportive du demi de coin Brandon McDonald, dimanche, durant la partie contre les Argonauts de Toronto.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On ne saura probablement jamais quel genre d'obscénité Brandon McDonald a balancé à la tête d'un adversaire, dimanche, pendant un match au Rogers Centre de Toronto.

On savait que c'était sérieux quand un arbitre a décidé de lui décerner une pénalité de conduite anti-sportive. On a compris qu'il passerait un mauvais quart d'heure quand cette pénalité est devenue le point tournant d'un match que le Rouge et Noir d'Ottawa a fini par perdre.

Sa bourde lui a finalement coûté très cher. Elle lui a coûté son poste.

Quand le club de football a repris l'entraînement, mercredi matin, McDonald n'était pas là.

« Nous avons pris le temps de bien réfléchir à cette situation. En fin de compte, nous avons déterminé qu'il était préférable de poursuivre notre route sans Brandon McDonald », a déclaré le directeur général Marcel Desjardins, sur les lignes de côté, tandis que le reste de son club se préparait en prévision de sa prochaine partie.

Ce dernier tient à ce qu'un truc soit clair. « Ce n'est pas un incident en particulier qui nous pousse à prendre cette décision. Plusieurs éléments se sont accumulés au fil des dernières semaines. Nous ne pouvions pas continuer à tolérer les problèmes de discipline... »

L'entraîneur-chef Rick Campbell abonde dans le même sens.

« Nous n'avons pas perdu notre dernier match à cause de la pénalité de Brandon. Elle est survenue à un bien mauvais moment, c'est vrai. Mais les bonnes équipes trouvent des moyens de surmonter les épreuves. »

McDonald, un champion des réseaux sociaux, s'est branché sur Twitter pour réagir à la nouvelle. Il s'est d'abord dit surpris, avant d'avouer qu'il s'agissait d'un des pires cadeaux d'anniversaire qu'il pouvait espérer.

Vérification faite, le bonhomme célébrait effectivement son 30e anniversaire de naissance mercredi...

Desjardins a pris la décision de mettre un terme au contrat de son joueur mardi.

Auparavant, il a passé quelques coups de fil à ses homologues de la Ligue canadienne de football. Il était bien conscient qu'il était sur le point de se défaire d'un joueur de qualité. McDonald est le meneur chez le Rouge et Noir au chapitre des plaqués. Il a réussi deux interceptions depuis le début de la saison.

Il aurait préféré régler son problème en complétant une transaction.

« Il y avait de l'intérêt, mais personne n'était prêt à me soumettre une offre sérieuse », dit-il.

« Cela dit, je ne suis pas naïf. Je m'attends à ce qu'il rebondisse au sein d'une autre formation de notre ligue avant longtemps. »

L'athlète du Mississippi a quand même passé six saisons dans la NFL, entre 2007 et 2012, avant d'aboutir au Canada. Il a même déjà été un membre régulier de la brigade défensive des Browns de Cleveland.

On dit qu'il pourrait même aboutir chez les Roughriders de la Saskatchewan. Ironie du sort, les Riders seront de passage à la Place TD le week-end prochain.

À court terme, Brandon McDonald sera remplacé par le jeune Abdul Kenneh au poste de demi de coin.

« Le reste de notre ligne tertiaire ressemblera pas mal à celle que vous avez vue à Toronto », indique Desjardins. Notre équipe sera un peu affaiblie, mais nous faisons un sacrifice dans le court terme dans le but d'améliorer notre équipe à long terme », complète le DG.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer