La victoire prime, selon Lavoie

Patrick Lavoie.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Lavoie.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Que Michael Sam joue ou non, un match contre les Alouettes demeure encore assez spécial pour Patrick Lavoie, même si «la saveur diminue d'année en année», dit-il.

Le centre arrière du Rouge et Noir a joué ses deux premières saisons dans la LCF avec l'équipe montréalaise et il compte encore plusieurs amis dans son vestiaire.

Il est convaincu que Sam y a été bien accueilli: «(Les Alouettes) ont un bon vestiaire, (le directeur général) Jim Popp a créé une mentalité gagnante à Montréal et il trouve toujours le moyen d'aller chercher des bons joueurs aux États-Unis en plus de bien recruter au Canada», estime Lavoie.

«Il (Sam) a eu plusieurs semaines d'entraînement pour s'habituer et John Bowman (le vétéran ailier défensif) lui a probablement donné quelques conseils. Je ne suis pas trop inquiet pour lui, il est un bon pass rusher et il arrive dans une ligue de pass rushers, quand il va prendre son erre d'aller, il va connaître du succès.»

Dans le monde très macho du sport professionnel masculin, surtout un sport de contact comme le football, un joueur qui déclare publiquement qu'il est gai peut s'avérer une distraction, ce que certains dirigeants d'équipes veulent éviter à tout prix, Sam l'a appris quand des directeurs généraux de la NFL ont dit avant son repêchage en 2014 qu'il chuterait de quelques rondes (St. Louis l'a finalement sélectionné en septième ronde).

Lavoie ne verrait cependant aucun problème à ce qu'un de ses coéquipiers «sorte du placard».

«Pour moi, il n'y a pas de différence entre un homosexuel et une personne 'normale'. Je l'aurai appris dans le vestiaire et ça n'aurait pas été un problème pour moi. Même chose dans notre vestiaire, j'aurais de la misère à voir comment il aurait été mal accueilli (si Sam était débarqué à Ottawa)», dit-il.

Pour Lavoie, le résultat du match de vendredi importe bien plus que les barrières qui peuvent être brisées par Michael Sam.

«En ayant gagné le premier match (de la saison) à Montréal, ce match est le plus important de l'année jusqu'à maintenant parce qu'en le gagnant, on aurait le bris d'égalité contre eux vu qu'on les affronte trois fois pendant la saison. Ça nous donnerait une bonne chance pour participer aux séries et finir devant eux au classement dans l'Est», souligne le numéro81 du Rouge et Noir.

EN VITESSE

Le receveur Chris Williams était encore sur les lignes de côté pour l'entraînement d'hier, son patron Rick Campbell laissant entendre qu'il soigne une blessure mineure au bas du corps.

«Il y a des chances qu'il joue (demain), on tente juste d'essayer qu'il soit le plus près possible d'être à 100%. On va voir comment il se sent (aujourd'hui)», a-t-il dit.

mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer