La foule réveille son équipe

Si les amateurs ont rouspété en début de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Si les amateurs ont rouspété en début de partie, ils ont célébré à la fin.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour un instant, la lune de miel semblait avoir pris fin entre le Rouge et Noir et ses partisans, vendredi soir, à la Place TD.

Il n'a fallu que neuf minutes au cinquième match de la saison pour que des huées bien senties se fassent entendre. On peut comprendre la foule de 23018 spectateurs.

L'équipe locale jouait tout croche, des passes échappées à une mauvaise remise en passant par des pénalités. Ottawa tirait de l'arrière par 11 points déjà à ce moment.

Mais ces huées ont réveillé le Rouge et Noir qui, tranquillement pas vite, s'est sorti du trou pour soutirer une victoire de 29-26 en prolongation aux champions en titre de la coupe Grey, les Stampeders de Calgary.

Si les amateurs ont rouspété en début de partie, ils ont célébré à la fin. Le botteur Delbert Alvarado a réussi un placement de 34 verges pour donner le gain aux siens.

Ce dernier avait manqué une tentative de 32 verges en fin de quatrième quart qui aurait pu donner l'avance au Rouge et Noir. Il avait aussi raté la cible sur un converti plus tôt dans la joute.

«Des fois, tu vas connaître une soirée difficile au bureau. Les choses ne se sont peut-être pas déroulées comme [Alvarado] l'aurait voulu. Mais j'avais un pressentiment qu'il allait réussir ce placement en prolongation», a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell.

La réaction d'Alvarado? «Je me suis dit: "C'est quoi les chances de manquer une troisième fois?"»

Le Texan n'a pas eu la chance de sauter de joie sur la séquence victorieuse.

«Mes coéquipiers se sont empilés un par-dessus l'autre sur moi pour célébrer.»

Il s'agit d'une troisième victoire pour Ottawa (3-2) qui a montré des signes encourageants. Tiens, le receveur Chris Williams a connu sa meilleure soirée de la saison. Il a capté sept passes pour 162 verges et un touché.

Quoi d'autre? Le nouvel ailier défensif Aston Whiteside, embauché lundi dernier, a été l'auteur d'un des revirements provoqués par le Rouge et Noir dans ce match, arrachant le ballon des mains du quart-arrière Bo Levi Mitchell. Un jeu qui a mené, quelques minutes plus tard, à un placement de 25 verges.

À l'opposé, deux trucs doivent inquiéter les entraîneurs. D'abord, il y a eu indiscipline, Ottawa écopant de 95 verges de pénalités uniquement en première demie.

«Ça fait du bien de gagner ce match contre une bonne équipe. Mais ce n'était pas parfait. Il y a plusieurs choses sur lesquelles nous allons devoir travailler», a avoué Campbell.

Le club a aussi perdu les services du demi défensif Jerrell Gavins. Il a terminé la soirée en portant un t-shirt sur les lignes de côté.

Rappelons qu'il a réalisé jusqu'ici deux interceptions en cinq matches. Au moins, il aura un peu de temps pour guérir son bobo.

Le Rouge et Noir profitera maintenant d'une semaine de relâche avant d'affronter les Alouettes de Montréal, le 7 août, à la Place TD. Un match auquel l'équipe invite les partisans à se déguiser en... bûcherons.

Burris s'en sort bien pour un vieux

Il a été critiqué toute la semaine. Sa tête était même réclamée.

On voulait voir son substitut Thomas DeMarco prendre la relève de l'attaque.

Mais durant toute la semaine, Henry Burris n'a pas flanché. Il a dit toutes les bonnes choses. Ses patrons aussi, lui accordant un vote de confiance.

Le vétéran quart-arrière leur aura donné raison, vendredi, dans le gain contre les Stampeders. Il a orchestré la remontée du Rouge et Noir, complétant 28 de ses 43 passes pour 389 verges et trois touchés. Et surtout, il n'a pas été intercepté.

«Ça fait du bien de réussir de longs jeux. [...] Ça commence à cliquer cette attaque», a soutenu Burris après le match. Sa passe de touché en direction de Chris Williams a été un jeu de 84 verges.

«Nous en demandons beaucoup à Henry dernièrement», a avoué l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Burris s'est même chargé de réconforter le botteur Delbert Alvarado après son placement raté vers la fin du quatrième quart.

«Ce n'était pas notre plus beau match, mais cette victoire fera du bien. Nous venons de vaincre une des meilleures équipes de la ligue», a rappelé le receveur Greg Ellingson, qui a capté une des passes de touché.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer