Rouge et Noir: Une occasion ratée

William Langlais.... (Courtoisie Johany Jutras)

Agrandir

William Langlais.

Courtoisie Johany Jutras

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir l'avait à l'oeil dans les semaines précédant le repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF).

Mais le soir de l'encan venu en mai, William Langlais a abouti plutôt chez les Stampeders de Calgary au lieu de l'équipe de son patelin. Et voilà que le centre-arrière originaire de Hull débarque en ville.

Son équipe affrontera justement le Rouge et Noir, vendredi soir, à la Place TD. « J'avais eu mot qu'Ottawa était intéressé à moi, a confié Langlais.

« Oui, j'aurais été heureux. Mais peu importe où j'allais aboutir, j'allais être content. Et je suis bien à Calgary. »

Les Stampeders l'ont sélectionné en troisième ronde avec le 27e choix au total. Le Rouge et Noir était l'équipe suivante à se prononcer.

Elle s'est rabattue sur le secondeur Tanner Doll, qui a été libéré, il y a une douzaine de jours, afin de retourner aux études.

Langlais, qui fait 6' 3" et 235 livres, a participé à tous les matches de Calgary depuis le début de la saison. Utilisé uniquement au sein des unités spéciales, il a effectué deux plaqués.

On l'a rapidement désigné afin de remplacer le vétéran Keenan MacDougall, qui s'est joint aux Roughriders de la Saskatchewan en tant qu'agent libre.

L'entraîneur des unités spéciales adore bien sa recrue outaouaise.

« Il mérite pleinement de jouer, a soutenu Mark Kilam au Calgary Sun. Il a brillé en matches pré-saison. Il s'est vu offrir une opportunité et il ne déçoit pas. Il a appris ses assignations. Il est rapide et fait tout ce que nous lui demandons. »

Langlais est devenu le premier joueur francophone issu de la Ligue de football scolaire de l'Outaouais à disputer une partie régulière de la LCF, le 26 juin. Il a porté les couleurs des Panthères de l'école secondaire Mont-Bleu pendant une saison.

À l'époque, il était utilisé au sein de la ligne défensive.

Une saison qui lui est restée gravée en mémoire.

« Les trois autres gars de la ligne sont demeurés de très bons amis. On se parle encore », a souligné Langlais.

Justement, une poignée d'amis l'encourageront dans les estrades dans les prochaines heures.

Reste à voir s'ils enfileront des chandails arborant le nom de William Langlais. Un peu comme ce fut le cas, la semaine dernière, lorsque le garde originaire de Gatineau, Danny Groulx, a disputé un premier match pro dans la région dans l'uniforme des Eskimos d'Edmonton.

« Je ne pense pas que j'ai des amateurs dédiés comme ça pour l'instant, lance Langlais à la blague.

« C'est excitant de revenir par chez nous pour jouer au football. Mais j'essaie de ne pas trop y penser. »

Son histoire risque d'être relatée au petit écran durant la diffusion de cette partie. Son parcours n'a rien de banal.

L'ancien joueur du Vert et Or de l'Université de Sherbrooke n'était pas dans la mire des équipes de la LCF durant l'hiver. Mais il s'est inscrit à un camp d'évaluation régional à Montréal, ce qui lui a valu une invitation de dernière minute au camp des espoirs du repêchage à Toronto.

Là-bas, il a retenu l'attention de plusieurs clubs, dont les Stampeders.

« Nous l'avons rapidement identifié comme un excellent joueur à couvrir l'adversaire. Il ne nous a pas déçus, a indiqué Mark Kilam au Calgary Sun.

« C'est un joueur robuste qui apporte une autre dimension à nos unités spéciales. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer