Pruneau veut en faire plus

Antoine Pruneau revendique huit plaqués en quatre parties... (Photo Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Antoine Pruneau revendique huit plaqués en quatre parties cette saison.

Photo Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Antoine Pruneau a hâte que son tour arrive.

Depuis le début de la jeune saison, le secondeur québécois du Rouge et Noir a vu plusieurs de ses coéquipiers mettre les mains sur des passes de quarts adverses. L'équipe compte déjà sept interceptions, un sommet dans la LCF.

Le demi de coin Jovon Johnson et le demi défensif Jerrell Gavins ont déjà réussi l'exploit à deux reprises chacun. Même les joueurs de ligne Moton Hopkins et Zack Evans ont participé au buffet, interceptant des ballons ennemis contre les Alouettes et les Eskimos.

Dans le cas d'Evans, il a même inscrit un touché sur la séquence, il y a deux semaines, à Edmonton. Il a ramené le ballon sur une distance de 65 verges.

DUR ENVERS LUI-MÊME

«Éventuellement, j'aimerais bien en avoir une, avoue en riant Pruneau, qui est toujours à la recherche de sa première interception en carrière chez les pros.

«Je vais devoir commencer à prendre plus de risques. J'aimerais réaliser un gros jeu qui va changer un match.»

Le joueur de deuxième année est un peu dur envers lui-même. Il a multiplié des jeux importants depuis un mois.

Tiens à Montréal, un de ses plaqués a sorti le quart-arrière Jonathan Crompton du match. On ne l'a pas revu en uniforme chez les Alouettes depuis ce fameux soir de juin.

«J'aimerais bien faire plus de jeux... Plus d'interceptions... Plus de plaqués», soutient Pruneau, auteur de huit plaqués en quatre parties en 2015.

L'ancienne coqueluche des Carabins de l'Université de Montréal en a réussi 69 à sa saison recrue l'an dernier.

«Je ne dirais pas que je suis déçu de mon jeu. Mais je pense que je peux faire mieux que lors des derniers matches. Je suis capable d'en donner plus à l'équipe afin d'aller chercher des victoires.»

Et si le ballon devait aboutir dans ses mains, demain soir, lors de la visite des Stampeders de Calgary? Comment réagirait-il?

«Je ferais de belles choses. Si je l'attrape, je vais me rendre jusque dans la zone des buts», lance-t-il en souriant.

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer