«Tu apprends chaque jour de la vie»

John Boyott, 25 ans, apprécie beaucoup l'opportunité que... (Archives, Associated Press)

Agrandir

John Boyott, 25 ans, apprécie beaucoup l'opportunité que lui a offerte le Rouge et Noir malgré son passé loin d'être complètement rose à l'extérieur du terrain de football.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un autre lundi, une autre semaine qui apporte son lot de changements chez le Rouge et Noir.

La semaine dernière, l'équipe a dit au revoir à trois recrues, dont le centre-arrière Jefferson Court, qualifié de «bon gars» par ses patrons. Hier, l'organisation a accueilli deux nouveaux joueurs au sein de son équipe d'entraînement.

Il y a le plaqueur américain Aston Whiteside. Mais c'est l'embauche du maraudeur John Boyett, qui a retenu l'attention.

Pourquoi? Le natif de Napa, en Californie, a fait les manchettes pour de mauvaises raisons pendant son court passage dans la NFL, étant arrêté à deux reprises en l'espace de 13 mois.

D'abord en septembre 2013. Boyett, qui avait été repêché en sixième ronde quelques mois, s'était taillé un poste au sein de l'alignement des Colts d'Indianapolis en vue du premier match de la saison lorsqu'il a été interpellé pour désordre public, intoxication dans un lieu public et avoir résisté aux forces de l'ordre. Tout ça après s'être vu refuser l'accès à un bar. Il avait même nargué les policiers, leur lançant «Vous ne pouvez pas m'arrêter, je suis un joueur des Colts».

Libéré par ces Colts, Boyett a abouti chez les Broncos de Denver en novembre de la même année. Il a été retranché en octobre 2014 à la suite d'une arrestation pour assaut, vol et harcèlement. Ce dernier avait asséné un coup de tête à un chauffeur de taxi. Par la suite, il a tenté de se cacher des policiers en se couvrant de paillis à l'aide d'une pelle volée sur un terrain de construction.

Le subterfuge n'a pas fonctionné.

Depuis ce jour, aucune équipe ne lui a fait signe.

UNE CHANCE À OTTAWA

Le Rouge et Noir a décidé de rouler les dés en offrant une opportunité à cette ancienne vedette des Ducks de l'Oregon, qui a brillé lors du Rose Bowl en 2010.

Boyett, qui fait 5'10» et 203 livres, n'a que 25 ans. Et il a laissé entendre avoir mis de l'ordre dans sa vie, n'ayant pas touché à l'alcool depuis cet incident au Colorado.

«Tu apprends de tes bons coups et de tes mauvais coups. Tu apprends chaque jour de la vie. Tu apprends à faire face aux conséquences aussi. Ce fut le cas pour moi, a soutenu la recrue du Rouge et Noir à sa sortie du vestiaire après l'entraînement à la Place TD.

«Je veux devenir la meilleure personne possible. Toutes les choses que j'ai vécues dans le passé, les bonnes et les moins bonnes, m'ont permis de grandir.»

John Boyett affirme avoir passé les derniers mois dans son patelin en Californie. Tantôt, il s'entraînait, tantôt il participait à ses séances d'épanouissement personnel.

Hier, le nouveau numéro35 débordait d'enthousiasme en racontant qu'il s'agissait de ses premiers pas au Canada. Il a pris le temps de jeter un coup d'oeil sur une carte du pays afin de savoir ce qui se trouve à l'Ouest et puis à l'Est.

«Les dirigeants de l'équipe sont très gentils, les entraîneurs aussi», a-t-il lancé.

Mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer