Rouge et Noir: soif de bons départs

Le quart-arrière Henry Burris avoue que l'équipe est... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le quart-arrière Henry Burris avoue que l'équipe est nerveuse en début de match.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les joueurs du Rouge et Noir savent fort bien comment s'y prendre pour éviter une débâcle similaire à celui de la semaine dernière.

Ils doivent inscrire des points rapidement.

La semaine dernière, à Edmonton, ils tiraient de l'arrière 14-0 au terme du premier quart.

Ce n'est pas un problème nouveau. Ils ont été blanchis dans les 15 premières minutes de leurs deux parties précédentes, aussi.

« Il suffit de profiter de nos opportunités, insiste l'entraîneur-chef Rick Campbell. Nous avons obtenu de belles chances de nous inscrire au tableau tôt. Nous les avons tout simplement ratées. Nous avons raté un placement contre Edmonton. Une de nos passes a été déviée à la dernière seconde contre les Lions de la Colombie-Britannique. Nous parvenons à plutôt bien faire bouger le ballon sur le terrain au premier quart. Nous ne sommes tout simplement pas capables de compléter le travail. Nous avons du mal à nous rendre jusque dans la zone des buts. »

Le Rouge et Noir demeure une très jeune équipe. Aurait-elle du mal à gérer ses émotions en début de soirée ?

Est-ce que ça pourrait être aussi simple que ça ?

« Il faudrait peut-être que tout le monde prenne le temps d'inspirer et d'expirer à quelques reprises quand nous arrivons dans la zone payante », croit Henry Burris.

« Nous connaissons bien les jeux que nous devons exécuter dans cette portion du terrain. Nous les répétons très souvent à l'entraînement. Il ne devrait pas être trop difficile d'éliminer toutes ces petites erreurs bêtes qui surviennent vers la fin de nos séquences à l'attaque », ajoute le quart-arrière de 40 ans.

Burris et son entraîneur ont hâte que le match de vendredi soir débute.

Depuis maintenant une semaine, ils répondent aux mêmes questions gênantes. Non, ils n'ont pas bien dormi à la suite de leur revers de 46-17 à Edmonton. Oui, ils comptent faire mieux dans le match revanche. Non, les 29 points d'écart ne signifient pas nécessairement que le Rouge et Noir est loin, très loin derrière ses rivaux de l'Alberta.

Le très drabe Campbell a même failli s'impatienter, jeudi.

« La parité est plus forte que jamais dans notre ligue. Ça se voit chaque semaine. N'importe qui peut battre n'importe qui », croit-il.

Après trois semaines, dans la Ligue canadienne, il ne reste effectivement plus une seule formation invaincue.

« Nous allons rendre une fois de plus hommage aux Eskimos. Ils ont mieux joué que nous la semaine dernière. Nous allons essayer de faire en sorte que le scénario soit différent cette fois. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer