Lavoie broie du noir

Patrick Lavoie... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Patrick Lavoie

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est préférable de se blesser au début qu'à la fin d'une saison. Patrick Lavoie n'est plus capable de l'entendre, celle-là.

«C'est dur... Tout le monde me dit ça en ce moment. Mais là, quand je vois les gars sur le terrain... Ils vont à la guerre. Ça brasse. Je voudrais être sur le terrain avec eux autres. Que ce soit la 10e, la 16e ou la première partie de la saison, ça ne change rien. Je veux être là», lance le centre-arrière du Rouge et Noir d'Ottawa.

Lavoie a pris part à un seul match, jusqu'à présent. Il était en uniforme à Montréal, lors du match inaugural de la saison 2015. Il a regardé les deux matches suivants sur les lignes de touche.

Jouera-t-il demain soir, dans le match revanche tant attendu contre les Eskimos d'Edmonton? Ça reste à voir. Sans fermer la porte, l'entraîneur-chef Rick Campbell ne semblait pas particulièrement enthousiaste, dans son plus récent point de presse.

«On va continuer à discuter avec les physiothérapeutes de l'équipe. Cette semaine, j'ai connu des bonnes et des moins bonnes journées. Je dirais qu'en ce moment, j'ai de meilleures chances de passer un match de plus en tant que spectateur, mais les choses pourraient changer. Je continue d'y aller un match à la fois», indique l'ancien de l'Université Laval, qui sert de capitaine des unités spéciales à Ottawa.

En son absence, l'attaque au sol du Rouge et Noir tarde à se mettre en marche.

Le porteur de ballon Chevon Walker, qui n'a pas répondu aux demandes d'entrevue, hier, tarde à prendre son envol.

L'été dernier, celui qu'on surnomme Chevy a maintenu une moyenne de 4,5 verges par course avant de se blesser. Il a eu le temps d'inscrire quatre touchés avant de subir la blessure qui a mis un terme prématuré à sa saison.

Jusqu'à maintenant, en 2015, il maintient une moyenne de 3,7 verges gagnées par course. Il n'a toujours pas visité la zone des buts.

Walker n'a jamais été aussi peu utilisé que jeudi dernier. À Edmonton, il a porté le ballon à six occasions, à peine.

Il n'a pratiquement pas réussi à sortir du champ arrière. Au cours de cette soirée de misère, il a obtenu seulement 16 verges.

Cette récolte semble encore plus faible quand on considère que sa plus longue course de la soirée lui a permis de franchir 13 verges d'un seul coup.

Là-dessus, Lavoie intervient. Il faut prendre ces chiffres avec un grain de sel.

«La semaine passée fut difficile parce que les Eskimos ont marqué bien des points rapidement. Quand tu tires de l'arrière par deux touchés au terme du premier quart, la passe devient ton principal atout. Le jeu au sol prend un peu le bord.»

«Je suis convaincu que le scénario sera bien différent cette semaine», renchérit-il.

Tandis que Lavoie poursuit son processus de remise en forme, Jordan Verdone continue de s'entraîner comme centre-arrière numéro un du Rouge et Noir.

Dans les séances d'entraînement, cette semaine, Verdone n'a pas vu beaucoup d'action. Campbell et son coordonnateur à l'attaque, Jason Maas, privilégient les formations à quatre flanqueurs.

Seul demi à l'attaque sur le terrain, Walker se rend utile en captant des courtes passes.

Rick Campbell ne peut rien promettre quant à la participation de Lavoie, mais il ne change pas de refrain quant à la performance collective. Le Rouge et Noir saura rebondir, répète-t-il quotidiennement depuis le début de la semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer