Bon endroit, bon moment

Brad Sinopoli a soulevé la foule avec son... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Brad Sinopoli a soulevé la foule avec son premier touché dans l'uniforme du Rouge et Noir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ses parents se sont retrouvés sur l'écran géant à la Place TD.

Papa applaudissait fiston, maman sautait de joie. Une scène qui n'a pas échappé à Brad Sinopoli.

Ça s'est produit quelques secondes après que le receveur canadien eut inscrit son premier touché dans l'uniforme du Rouge et Noir, samedi soir, dans le gain de 27-16 de sa nouvelle équipe contre les Lions de la Colombie-Britannique. Un match qui marquait le retour de l'ancienne gloire des Gee Gees d'Ottawa dans la capitale nationale après quatre années passées à Calgary.

«Un match que j'avais hâte de disputer», a avoué Sinopoli, qui s'est joint au Rouge et Noir cet hiver à titre de joueur autonome.

Ce dernier ne l'avait pas caché à l'époque. Même s'il est originaire de Peterborough, Ottawa s'avère son patelin à ses yeux. Une ville dans laquelle il a brillé pendant quatre ans dans les rangs universitaires, gagnant notamment le trophée Hec Crighton remis au meilleur joueur au pays.

Le stade Frank-Clair s'avérait son terrain de jeu. Son dernier match remontait à l'automne 2010.

«Quand il n'y avait déjà plus d'estrades du côté sud. Avant que les travaux de remise à neuf débutent», a-t-il noté.

«Le décor a bien changé ici.»

Sinopoli n'avait pu jouer l'an dernier à la Place TD lors de la visite des Stampeders. Il était alors blessé.

«Ça fait longtemps que je pense à cette partie-ci. Et je peux dire que j'ai été comblé. Les amateurs ont été incroyables. J'ai vécu une belle semaine. J'avais des frissons en roulant sur la rue Bank en me pointant au stade en vue du match. Ce fut une soirée inoubliable.»

Et comment.

Le numéro88 n'a pas seulement marqué un touché. Il a connu son meilleur match en carrière dans la LCF en récoltant 99 verges, captant neuf passes. Tout ça pour permettre au Rouge et Noir de mettre fin à une disette. C'était la première fois qu'une équipe d'Ottawa battait les Lions depuis... 1996.

Les Rough Riders avaient réussi l'exploit à l'époque. Jamais les défunts Renegades n'étaient sortis victorieux durant leur courte existence.

Sinopoli, 27 ans, s'est bien servi de son gabarit de 6'4» et 215livres pour briser des plaqués adverses. Et ça n'a pas passé inaperçu chez ses patrons.

Ces mêmes gens qui ont décidé de sortir le carnet de chèques pour le ramener dans la capitale.

«C'est une grosse cible pour notre quart, un gars qui court à fond de train après l'attrapé», a souligné l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Le Rouge et Noir va se croiser les doigts que le gros Brad reste en santé. Il a visité l'infirmerie à deux reprises en 2014, dont une fois pour une fracture à la clavicule.

Un os qu'il a brisé en captant une passe pour un touché à l'automne.

Puis durant le camp d'entraînement le mois dernier, on l'a vu sauter son tour durant quelques journées pour soigner des bobos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer