Chiu à Ottawa pour se rapprocher de ses enfants

Avant de se joindre au Rouge et Noir,...

Agrandir

Avant de se joindre au Rouge et Noir, l'entraîneur de ligne offensive Bryan Chiu était avec les Argonauts de Toronto.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MONTRÉAL) Le nid des Alouettes, Bryan Chiu le connaît bien. L'ancien centre étoile a passé ses 13 saisons dans la LCF au sein de l'équipe montréalaise.

Des retrouvailles l'attendent jeudi soir le long des lignes de côté. Le colosse de 6' 2" et 290 livres occupe maintenant le poste d'entraîneur de la ligne offensive du Rouge et Noir. L'équipe l'a embauché durant l'hiver, le principal intéressé ayant passé la saison précédente dans un rôle similaire à Toronto.

«Ottawa me permettait de me rapprocher de ma petite famille», a soutenu Chiu, qui possède toujours une maison dans le West Island. Sa conjointe et leurs trois enfants habitent toujours l'endroit.

«Notre plus jeune est né il y a un peu plus d'un mois, a-t-il noté fièrement. J'ai effectué plusieurs allers-retours entre Ottawa et Montréal. Ça se fait bien. Nous attentions la fin de l'année scolaire avant de déménager tout le monde ici en sol ontarien.»

Chiu a mis fin à sa carrière en 2009. Même armé d'un diplôme universitaire, il n'avait pas le goût de troquer ses espadrilles pour un veston et une cravate.

«Le travail de bureau, ce n'est pas pour moi», a-t-il dit en riant. Marc Trestman, Don Matthews et Danny Maciocia l'ont inspiré à devenir entraîneur.

«Ils avaient tous leur façon à eux de soutirer le meilleur des joueurs. Je suis un type émotif. Mais j'ai appris en côtoyant Rick Campbell ici à Ottawa que ce n'est pas toujours une bonne chose, qu'il faut parfois être calme. Certains joueurs répondent bien aux cris. D'autres, tu dois leur parler doucement.»

Chez le Rouge et Noir, il hérite d'une ligne offensive très jeune. Ça pourrait mettre à l'épreuve la patience d'un gagnant comme lui.

Le bloqueur américain Colin Kelly entame sa première saison. Le garde Nolan MacMillan disputera sa deuxième.

Ajoutez à cela que l'autre bloqueur SirVincent Rogers, aussi bon qu'il soit, évoluait à Toronto l'an dernier. C'est sans compter le premier choix au dernier repêchage, le centre Alex Mateas, qui attend son tour.

«Nous avons un groupe talentueux. J'ai des attentes élevées. Ça me fait de la peine quand je vois nos jeunes joueurs commettre des erreurs parfois niaiseuses. Mais je dois me rappeler que ces erreurs, je les ai déjà commises quand je jouais», a raconté Chiu, qui a été nommé sept fois au sein des équipes d'étoiles de la LCF en plus d'être sélectionné joueur de ligne par excellence en 2002.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer