Sitôt frappé, sitôt oublié

La ligne tertiaire du Rouge et Noir a... (Archives, LeDroit)

Agrandir

La ligne tertiaire du Rouge et Noir a été baptisée «BlocD» par Jovon Johnson.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jovon Johnson n'a pas la langue dans sa poche, que ce soit sur un terrain de football ou sur les réseaux sociaux.

La dernière trouvaille du vétéran demi défensif du Rouge et Noir pour faire jaser est d'avoir trouvé un surnom pour la ligne tertiaire de l'équipe, qu'il a rebaptisée le «Bloc D» (ou «DBlock» en anglais).

«On a choisi ce nom et sa signification pour nous, les demis défensifs, est qu'il faut être solide comme le roc en plus d'avoir la mémoire courte. Il faut jouer avec de la confiance. Il faut être capable de surmonter l'adversité et s'ajuster rapidement. Les membres de notre groupe sont polyvalents et ils acceptent le système mis de l'avant pour l'unité, ça va nous rendre bien meilleur», estime cet ancien joueur défensif par excellence de la LCF en 2011, quand il était à Winnipeg.

Les demis défensifs affichent cette confiance lors des entraînements alors qu'ils ne manquent pas de souligner leurs bons coups à grands cris. Ils semblent généralement avoir le meilleur sur une attaque remodelée, qui compte cinq nouveaux receveurs de passes embauchés à fort prix. Ça peut être bon comme mauvais signe à l'approche du premier match de la saison, jeudi contre les Alouettes à Montréal.

Changement de position

«Peu importe ce que l'attaque fait, c'est notre travail en temps que défensive de gagner des matches. Si on peut empêcher l'adversaire de marquer des touchés et les limiter à des placements, notre attaque devrait marquer assez de points pour qu'on gagne. L'important pour nous, c'est de limiter nos erreurs mentales, c'est ce qui nous a fait mal l'an dernier», souligne le flamboyant numéro 2.

Johnson parlait d'ajustements au début de l'entretien et il a dû en faire un au camp d'entraînement, alors qu'il a cédé le poste de demi de coin du côté le plus proche de la ligne de mêlée - habituellement réservé au meilleur joueur pour couvrir les flanqueurs adverses - au nouveau venu Brandon McDonald, un Américain qui a joué dans la NFL ainsi qu'à Calgary l'an dernier.

«J'ai commencé ma carrière à cette position. C'est toujours bon d'être capable de jouer des deux côtés. B-Mac est un excellent joueur, il va être en mesure de faire de belles choses du côté rapproché. Moi, du côté large du terrain, j'ai de l'expérience, je connais le jeu et j'espère qu'on va faire des jeux. Ça va rocker», lance-t-il avec confiance.

Les paris sont ouverts

Les preneurs au livre de Las Vegas ont moins confiance aux chances du Rouge et Noir cette saison, leur ayant prédit cinq victoires (en 18 parties). Ce qui ne dérange pas l'entraîneur-chef Rick Campbell, cependant: «Je ne suis pas un gros parieur, donc je ne m'arrête pas trop à ça. Les parties vont se jouer sur le terrain. Nous avons nos propres attentes qui sont de gagner assez de parties pour participer aux séries», a dit Campbell hier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer