D'une porte à l'autre

Jefferson Court a passé deux ans à répandre... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Jefferson Court a passé deux ans à répandre la Bonne Nouvelle. Le centre-arrière frappe maintenant à la porte du Rouge et Noir.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Cogner aux portes, Jefferson Court connaît ça.

Le centre-arrière mormon a passé deux ans à répandre la Bonne Nouvelle en Californie avant de jouer au football collégial, en 2013 et 2014, à Utah State. Et ce n'était pas seulement pour parler aux gens de spiritualité.

«J'étais prêt à les aider dans leur vie quotidienne, de diverses façons afin de les rapprocher de Jésus-Christ, que ce soit leur jaser, les écouter ou même faire des tâches autour de la maison. J'ai même jardiné avec une personne à un certain moment», s'est rappelé Court, hier matin, après le jour 11 du camp d'entraînement du Rouge et Noir.

Ces jours-ci, l'athlète âgé de 25 ans frappe plutôt à la porte du football professionnel. Ottawa en a fait son choix de cinquième ronde au dernier repêchage.

La direction le croit capable d'agir en tant que substitut au vétéran centre-arrière Patrick Lavoie, qui écoulera la dernière année de son contrat. Sa sélection a aussi été motivée par la retraite de John Delahunt.

«Tout se passe rapidement depuis mon arrivée, a avoué Court, sourire aux lèvres. Ce n'est non seulement exigeant physiquement, mais psychologiquement aussi. Je passe beaucoup de temps à étudier le soir.»

Court est né à Edmonton. Son papa est Canadien. La famille est déménagée aux États-Unis lorsque le petit Jefferson avait six ans. Aujourd'hui, c'est un retour dans son pays natal. Et il n'a rien d'un gamin.

La recrue du Rouge et Noir fait 6'3» et 238livres. Ses jambes sont grosses, ses bras aussi. C'est sans mentionner son coeur.

La politesse se trouve au haut sur sa liste de qualités.

«J'ai appris pendant mes deux ans de mission auprès de mon église à aimer tout le monde, peu importe leur parcours», a-t-il noté.

S'il se taille une place au sein de l'alignement, Court fera signe à sa conjointe Ashlan, qui viendra le rejoindre dans la capitale. Il n'avait que 23 ans quand les deux amoureux ont décidé de se marier.

Madame s'avère une ancienne joueuse de volley-ball étoile dans la NCAA.

«C'est définitivement la meilleure athlète parmi nous deux», a lancé Jefferson Court en riant.

«Tout se passe rapidement depuis mon arrivée. Ce n'est non seulement exigeant physiquement, mais psychologiquement aussi.»

- Jefferson Court

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer