À Burris de livrer la marchandise

Après une année difficile, on s'attend à mieux... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Après une année difficile, on s'attend à mieux de la bande à Henry Burris.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Finis les ballons échappés et les sacs du quart à répétition. Surtout, terminées les excuses.

Le Rouge et Noir a mis le paquet durant l'hiver pour bien entourer Henry Burris et éviter la comédie d'erreurs offensives de l'an un. On lui a déniché des receveurs étoiles de même qu'un gros bloqueur de 6' 4" et 319 verges pour le protéger.

La direction a même changé de coordonnateur à l'attaque.

C'est maintenant au tour du vétéran quart-arrière de livrer la marchandise. Et le principal intéressé le sait.

«Quand tu regardes notre alignement de receveurs, ça fait saliver, a soutenu Burris, qui était tout sourire mardi lors du deuxième jour du mini-camp du Rouge et Noir à la Place TD.

«L'équipe adverse devra choisir son poison. Nous avons tellement d'armes à notre disposition avec Chris (Williams), Ernest (Jackson), Greg (Ellingson), Maurice (Price), Brad (Sinopoli), Marcus (Henry) et Chevy (Walker) comme porteur de ballon», a-t-il ajouté.

Ottawa compte cinq receveurs ayant déjà amassé plus de 800 verges durant une saison depuis 2012.

Si ça ne clique pas à l'attaque tôt durant le calendrier régulier, plusieurs amateurs montreront du doigt Burris, qui fêtera ses 40 ans en juin. Cette pression, ça ne l'effraie pas.

«Ça fait beaucoup trop longtemps que j'évolue dans cette ligue pour me préoccuper de ce que les gens pensent de moi», a dit le quart-arrière qui a participé à trois reprises au match de la coupe Grey.

«Ma priorité est de m'assurer que cette attaque est prête à produire dès le premier match de la saison. Je ne ressens aucune pression. Nous aurons une machine bien huilée.»

Burris a vanté le travail du nouveau coordonnateur Jason Maas et de l'entraîneur des receveurs Travis Moore. «Aucun petit détail n'échappe à leur attention, a-t-il dit.

«J'aime ça.»

DeMarco au cas où

Et si jamais les dirigeants du Rouge et Noir n'aiment pas ce qu'ils voient de leur vétéran, ils pourront toujours se tourner vers Thomas DeMarco. Il a foulé le terrain lundi pour la première fois depuis une défaite en août contre les Stampeders de Calgary.

Le quart de 26 ans s'était déchiré des ligaments au genou gauche.

Il connaissait alors de bons moments en relève à Burris.

«Parfois, c'est difficile de revenir d'une telle blessure. Il y a des obstacles psychologiques à surmonter. Mais Thomas ne démontre aucune hésitation sur le terrain, a affirmé l'entraîneur-chef Rick Campbell. Il n'a pas ralenti la cadence depuis deux jours.»

Quatre autres quarts participent en ce moment au mini-camp de l'équipe. On retrouve Danny O'Brien qui a joué un peu en 2014 de même qu'Alex Carder. Il y a aussi Jordan Johnson et Brock Jensen, mis sous contrat dans les derniers mois.

Tout indique qu'un de ces joueurs - ou même deux - pourrait être libéré d'ici la fin de la semaine.

Le Rouge et Noir doit réduire son alignement à 75 joueurs en vue du 1er mai afin de respecter les règles de la LCF. Il en compte plus de 80 en ce moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer