Plongé dans le tumulte

Le Franco-Ontarien Christo Bilukidi s'est retrouvé bien malgré... (Photo courtoisie, Ravens de Baltimore)

Agrandir

Le Franco-Ontarien Christo Bilukidi s'est retrouvé bien malgré lui aumilieu des émeutes qui sévissent actuellement à Baltimore.

Photo courtoisie, Ravens de Baltimore

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il devait être question de la NFL. De son retour chez les Ravens de Baltimore pour une deuxième saison. De son nouveau contrat.

Sauf que Christo Bilukidi avait la tête ailleurs, mardi midi, lors d'une entrevue téléphonique prévue depuis une semaine. Ça brasse ces heures-ci dans cette ville du Maryland.

Des émeutes ont éclaté lundi après les funérailles d'un jeune Afro-Américain décédé pendant qu'il était détenu par la police. Des centaines de policiers et militaires patrouillent dans les rues.

L'état d'urgence a été déclaré par le gouverneur. Les écoles ont été fermées.

«Nous sommes tous pas mal préoccupés par ce qui se passe en ce moment ici, raconte Bilukidi, un ailier défensif franco-ontarien qui a grandi à Ottawa.

«Ce n'est pas une situation facile. Je pense à tous ces magasins qui ont été brûlés ou pillés. Il faut que les gens, dont les politiciens et les policiers, trouvent une façon de faire la paix.»

Le colosse de 6' 5" et 320 livres est débarqué à Baltimore la semaine dernière afin de participer à des entraînements au stade des Ravens. Le terrain se trouve au nord de la ville. Une trentaine de minutes de route le sépare du coeur de la municipalité.

«J'habite près du stade. Nous sommes O.K. ici. Mais nous nous inquiétons pour certains de nos coéquipiers qui habitent en ville. Nous ne voulons pas qu'ils se fassent attaquer.»

Les Ravens ne lésinent pas sur les moyens pour assurer le bien-être des joueurs. Ils auraient doublé la sécurité autour de leurs installations. Juste au cas où.

Bilukidi, 25 ans, espère que les esprits se calmeront. Que la raison l'emportera sur les émotions.

«Beaucoup de gens sont affectés», a-t-il rappelé.

C'était bien la dernière chose à laquelle l'ancien étudiant de l'école catholique Sainte-Geneviève s'attendait à voir en partant d'Ottawa, la semaine dernière. Il était excité à l'idée de se rapporter aux Ravens.

Ces derniers aimeraient faire de lui un partant au sein de leur ligne défensive. Ils lui ont accordé un contrat de deux ans. Un beau vote de confiance.

Un scénario bien différent des deux hivers précédents, lui qui a été remercié par les Raiders d'Oakland puis par les Bengals de Cincinnati.

«Ça fait du bien de savoir où je m'en vais, de savoir ce que les entraîneurs veulent de moi. On veut que je devienne plus fort.»

Le message qu'on lui a transmis après la dernière saison?

«On m'a dit d'aller au gym quand j'allais retourner chez moi à Ottawa. Et pas juste une fois par jour, mais deux ou même trois fois pour m'habituer à travailler très fort.»

Bilukidi s'est rapporté aux Ravens en santé. Plus aucune trace de cette blessure à une cheville qui l'a limité à quatre parties en 2014.

Quatre matches durant lesquels il avait réussi trois plaqués.

«J'ai travaillé fort pour retrouver la santé. Ma cheville ne me préoccupe plus.»

Une cheville qui sera mise à l'épreuve dans les prochaines semaines. Plus précisément jusqu'à la fin juin.

Par la suite, Christo Bilukidi reviendra à la maison pour un petit repos avant le début des camps d'entraînements dans la NFL.

Une saison qu'il a hâte d'entamer.

«C'est excitant de jouer pour une bonne équipe comme celle-ci, qui est dirigée par certains des meilleurs entraîneurs au monde. Une équipe qui a gagné le Super Bowl, il y a trois ans... Qui a participé aux éliminatoires six fois lors des sept dernières années. Tu sais que tu as une chance de gagner.»

Une autre conquête du Super Bowl pourrait possiblement permettre de réconcilier une ville qui sera divisée pendant longtemps suite aux émeutes des derniers jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer