Le Rouge et Noir à Toronto pour jaser avec les jeunes

Le Gatinois Danny Groulx, vétéran du Rouge et... (Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

Le Gatinois Danny Groulx, vétéran du Rouge et Or de l'université Laval, a été épié par le Rouge et Noir.

Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir est débarqué à Toronto, armé de plusieurs questions.

Six dirigeants de l'équipe assistent depuis vendredi au camp d'évaluation de la LCF, qui rassemble une cinquantaine des plus beaux espoirs canadiens en vue du prochain repêchage. Oui, ils prendront des notes durant les divers tests physiques, tracés et batailles un contre un.

«Mais les résultats ne changeront pas notre évaluation des joueurs sur place. Je dirais que 90 à 95% de notre idée sur un espoir repose sur ce que nous voyons de lui sur les bandes vidéos de ses matches durant la saison, a expliqué le directeur général adjoint Brock Sunderland.

«Nous sommes ici afin de découvrir surtout la personnalité des jeunes hommes, jaser avec eux.»

Sunderland et ses collègues ne vont pas seulement interroger ces espoirs. Ils vont aussi garder les doigts croisés.

«Nous analysons chaque joueur universitaire sur bande vidéo. Nous les connaissons tous. Ce que tu souhaites, c'est que le gars que tu aimes demeure discret durant les évaluations et ne retienne pas trop l'attention des autres clubs.»

On peut le comprendre.

L'an dernier, Ottawa avait le receveur québécois Scott Macdonell dans sa mire depuis plusieurs mois. Peu de clubs s'intéressaient alors à lui.

Macdonell ne devait pas initialement participer au camp d'évaluation principal de la LCF. Mais il a épaté lors d'un camp régional et avait obtenu une invitation de dernière minute sur la grande scène.

Sa valeur a augmenté et il a fini par être repêché tôt par le Rouge et Noir, au début du deuxième tour.

L'équipe de la capitale possédera encore cette année le premier choix lors de l'encan annuel tenu le 12 mai prochain. Un peu tout le monde s'attend à ce qu'elle jette son dévolu sur un joueur de ligne offensive.

Il y en a plusieurs de grande qualité qui s'avèrent hautement cotés, dont deux produits locaux.

Alex Mateas, d'Ottawa, qui a notamment évolué au centre chez les Huskies du Connecticut, dans la NCAA, a décidé de ne pas se pointer au camp d'évaluation. Tout le contraire du garde gatinois Danny Groulx, qui a brillé lors de la dernière saison chez le Rouge et Or de l'université Laval.

Ce dernier est classé huitième plus bel espoir en ce moment par la centrale de dépistage de la LCF. Mateas, lui, arrive au deuxième rang.

«Les joueurs canadiens de ligne offensive sont toujours demandés, a rappelé Brock Sunderland. Mais notre philosophie demeure la même. Nous allons sélectionner le meilleur joueur disponible.»

Du même souffle, il offre en exemple le choix du Rouge et Noir en 2014. L'organisation avait opté pour le secondeur Antoine Pruneau, jugeant qu'il était supérieur à des gardes et bloqueurs toujours disponibles.

Une décision qu'elle ne regrette pas. Pruneau a été l'une des meilleures recrues de la ligue, réussissant 69 plaqués en 18 parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer