Une lutte féroce attend Macdonell

Le receveur Scott Macdonell est devenu au fil... (Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Le receveur Scott Macdonell est devenu au fil de la dernière saison une des cibles de choix du quart-arrière du Rouge et Noir, Henry Burris.

Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il aurait pu retourner dans le nid familial à Montréal, mais Scott Macdonell a décidé de passer l'hiver dans la capitale nationale.

Un moment, le receveur québécois du Rouge et Noir s'entraîne en gymnase à la Place TD. Un autre, il rend visite à des élèves dans une école.

C'était le cas, hier matin, à la polyvalente Le Carrefour, de Gatineau. Macdonell a notamment rencontré les membres de l'équipe de football des Cougars en compagnie de son coéquipier Antoine Pruneau.

«C'est le premier hiver durant lequel je n'ai pas d'école, pas de devoir... que je n'ai rien à faire. Donc, je m'entraîne. Et quand j'ai la chance de rencontrer les gens dans la communauté, je le fais. Puis c'est le fun quand les amateurs connaissent ton nom. Ça ne m'était jamais arrivé avant la saison dernière», a lancé en riant le bilingue Macdonell.

LA CONFIANCE DE BURRIS

Ce dernier a fait le saut dans les rangs pros en 2014 après une carrière universitaire chez les Gaels de Queen's, à Kingston. Un choix de deuxième ronde au repêchage, il a capté 13 passes pour des gains de 181 verges et un touché.

On l'a surtout vu en fin de saison lorsque le quart-arrière Henry Burris en a fait une de ses cibles favorites.

Macdonell, 23 ans, a notamment récolté 73 verges dans un match contre les Alouettes en octobre, inscrivant son premier majeur en carrière.

«J'ai pu me démarquer en montrant qu'on pouvait me lancer le ballon. Que j'allais l'attraper et réaliser un jeu par la suite, a-t-il soutenu.

«Ça voulait dire beaucoup pour moi de voir que Burris avait confiance en moi. Ça prouve que j'ai une chance d'être bon dans cette ligue. Les coaches m'ont dit la même chose.»

Il reste qu'une bataille féroce l'attend au camp d'entraînement.

Le Rouge et Noir a fait le plein de receveurs dans les neuf dernières semaines. Quatre acquisitions qui ont coûté cher. Ottawa a ajouté Maurice Price, Ernest Jackson, Brad Sinopoli et Greg Ellingson.

Un quatuor qui devrait se retrouver dans l'alignement partant en début de saison. Du lot, un seul, Sinopoli, est un produit canadien.

«J'ai hâte de les voir sur le terrain, d'apprendre à les connaître. J'ai eu la chance de les regarder à la télé ces dernières années. Le plus de talent que nous aurons, meilleure l'équipe sera, a analysé Macdonell, qui fait 6'5» et 220livres.

«Moi, j'ai confiance en mes habiletés. J'ai hâte de livrer compétition à ces gars-là au camp (...) Pour moi, le but demeure le même. Je veux être un des partants.»

En plus de Sinopoli et Macdonell, le Rouge et Noir compte sur deux autres produits canadiens en tant que receveur, Matt Carter et Robin Medeiros.

Le camp d'entraînement de l'équipe se déroulera en juin à l'université Carleton. Auparavant, la direction du club convoquera ses joueurs à un mini-camp à la fin du mois d'avril. Tout ce monde passera deux jours à la Place TD. Quelques courses, tracés et réceptions de passe attendront les receveurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer