Maurice Price déborde d'optimisme

Le receveur de passes américain Maurice Price, acquis... (Étienne Ranger LeDroit)

Agrandir

Le receveur de passes américain Maurice Price, acquis par le Rouge et Noir en janvier, y va de toute une prédiction plusieurs mois avant le lancement de la saison: sa nouvelle équipe participera aux séries.

Étienne Ranger LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maurice Price a eu un choc quand il a été échangé au Rouge et Noir d'Ottawa le mois dernier, et il en a eu un autre en s'amenant en visite dans la frigide capitale hier en provenance de sa Floride natale.

Le receveur de passe de 29 ans acquis des champions en titre de la coupe Grey, les Stampeders de Calgary, n'était quand même pas trop malheureux de visiter son nouveau domicile dans la Ligue canadienne de football et il s'est même avancé pour assurer que le Rouge et Noir va participer aux séries éliminatoires en 2015, à leur deuxième saison.

Bel optimisme de la part d'un flanqueur qui s'amène au sein d'une équipe qui n'a gagné que deux parties sur 18 à sa saison inaugurale, et qui a échangé son meilleur joueur défensif, le secondeur Jesper Simmons, pour faire son acquisition.

«Je ne suis pas du genre à m'asseoir sur la clôture. Je suis un homme qui a la foi et il faut y croire, donc oui, nous allons être des séries», a-t-il assuré lors d'un point de presse organisé dans le vestiaire de son nouveau club hier après-midi.

«J'avais des sentiments partagés au départ (en apprenant l'échange). J'ai passé trois ans à Calgary, mon premier domicile dans la LCF, c'est longtemps, trois ans. Mon coeur était là. Mais après un jour ou deux, j'ai changé ma façon de penser... Je n'avais plus rien à prouver à Calgary, on a gagné une coupe Grey, j'ai eu du succès individuel. C'est une bonne motivation maintenant de repartir à neuf avec une nouvelle équipe, partir d'en bas et monter au sommet. J'aime le neuf aussi, et tout est neuf ici (à la Place TD)», a-t-il ajouté.

«THE MAN»

Se décrivant comme un «mâle alpha», celui qui se surnomme M. Price is Right sur son compte Twitter assure qu'il s'amène pour devenir la cible numéro un du quart Henry Burris, qui a été brièvement son coéquipier à Calgary du temps où il était sur leur alignement de pratique en 2011.

«Je veux être 'The Man', ce n'est pas un secret. Je l'ai toujours été, à l'école secondaire, à l'université, chez les pros. J'excelle dans ces genres de situations, donc oui, je veux être le receveur numéro un du club», a assuré l'un des quatre receveurs acquis par le Rouge et Noir en cette saison morte (Ernest Jackson, Brad Sinopoli et Greg Ellingson étant les autres).

Des propos qu'appréciait l'entraîneur-chef Rick Campbell, même s'il n'est pas prêt à garantir lui aussi une participation aux séries. «Je ne vais pas dire ça, mais c'est le plan. J'aime son attitude. Vous voulez arriver au camp en espérant pouvoir gagner le plus de parties possible et faire les séries, c'est pour ça qu'on joue. On va laisser nos actions sur le terrain parler pour nous au lieu des paroles dans le vestiaire... Il veut être LE gars, mais il sait qu'il va être un morceau du casse-tête. Le football est un sport d'équipe, il faut 12 gars sur le terrain qui font des jeux», a-t-il noté.

SOUVENT SUR LE CARREAU

En trois saisons dans la LCF, Price n'a cependant disputé que 29 parties en raison de blessures diverses. Sa meilleure campagne a été en 2013, quand il a capté 57 passes pour 788 verges de gain et 7 touchés, alors qu'il s'est contenté de 34 attrapés pour 544 verges et 2 majeurs en 11 parties, ratant sept semaines en raison d'une fracture à une main. Il était d'ailleurs au rancart pour les deux rendez-vous contre le Rouge et Noir en 2014. Laissé de côté pour la finale de l'Ouest, il a contribué au gain des Stampeders en finale de la coupe Grey, 20-16 contre Hamilton, avec cinq attrapés pour 65 verges avant de quitter pour cause de blessure à une cheville (il s'était aussi disloqué une épaule plus tôt dans le match).

«Le football est un sport physique et des blessures surviennent. Les gens en parlent dans mon cas, mais ce n'est pas comme si je suis le seul à passer par l'infirmerie. Il n'y a qu'une poignée de joueurs qui jouent tous les matches. C'est certes mon plan la saison prochaine, jouer 18 parties ainsi que les séries si on y parvient», dit-il.

Le d.g. Marcel Desjardins ne sait pas si Price pourra jouer tous les matches, mais il pense en tout cas avoir acquis un gars qui n'échappera pas trop de ballons.

«C'est un gars fiable, un gars qui 'compétitionne' très fort et qui veut avoir le ballon. Il peut faire les jeux qu'on anticipe, mais aussi de gros jeux avec sa vitesse, un élément qu'on n'avait pas nécessairement l'an passé», affirme-t-il.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer