Le Rouge et Noir se fait couper l'herbe sous le pied

Le Rouge et Noir tentera peut-être de mettre... (Photo Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le Rouge et Noir tentera peut-être de mettre la main sur Samuel Giguère, un des derniers joueurs encore disponibles.

Photo Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À ce rythme, il ne restera que des miettes au Rouge et Noir lorsque le marché des agents libres s'ouvrira dans six jours.

Ce qui s'annonçait au départ comme un buffet intéressant ressemble maintenant à un sandwich au baloney. Tous les gros noms, ou presque, qui faisaient saliver des équipes et surtout leurs partisans, ont accepté de nouveaux contrats dans la dernière semaine.

Maintenant hors limite sont les receveurs S.J. Green et Weston Dressler, qui ont opté de demeurer respectivement chez les Alouettes et les Roughriders. Le garde Tyler Holmes, qui a grandi à Ottawa, a choisi aussi de rester fidèle aux Argonauts de Toronto.

Même chose pour l'ailier défensif Odell Willis, des Eskimos.

Ce sont des noms qui, dit-on en coulisses, intéressaient Ottawa.

D'autres joueurs importants, dont le secondeur Bear Woods et le maraudeur Tyron Brackenridge, ont aussi décidé de ne pas tester le marché.

Ces récents développements ont de quoi justifier la transaction conclue par le directeur général Marcel Desjardins, il y a deux semaines et demie, avec les Stampeders de Calgary. Il avait mis la main sur le receveur Maurice Price en retour du secondeur Jasper Simmons, nommé joueur par excellence de la dernière saison chez le Rouge et Noir.

Encore de l'espoir

Que reste-t-il dorénavant à la franchise qui en sera à une deuxième saison dans la LCF en 2015?

«Il reste des éléments intéressants, assure Desjardins. Ce ne sont peut-être pas des noms aussi populaires que ceux qui ont signé des contrats récemment. Mais ce sont des joueurs qui, selon nous, vont être capables d'augmenter notre niveau de talent.»

Qui sont ces joueurs?

Le dg du Rouge et Noir n'a jamais dévoilé son plan de match. Il ne donnera jamais de noms.

Ce ne serait pas surprenant que les receveurs canadiens Samuel Giguère et Brad Sinopoli soient ciblés. Le premier a l'intention de tenter sa chance et aimerait se rapprocher de son patelin de Sherbrooke. Le second a connu une brillante carrière à l'Université d'Ottawa avant de faire le saut chez les pros chez les Stampeders.

Desjardins a reconnu que la position de receveur s'avère «clé» pour son équipe. Il aimerait aussi ajouter un joueur défensif «capable d'attaquer le quart-arrière adverse et mettre de la pression».

«Il n'en reste pas beaucoup de ces joueurs», ajoute-t-il.

Son organisation veut aussi continuer à faire le plein de joueurs canadiens.

Le centre Brett Jones, qui évolue à Calgary, s'avère un des derniers gros noms canadiens toujours sans nouveau contrat. Le hic, c'est qu'il veut tenter sa chance dans la NFL.

Et s'il reste au pays, plusieurs clubs de la LCF seront agressifs afin de l'attirer dans leur giron.

Pas de dépenses folles

Ottawa a beaucoup d'argent à sa disposition, surtout que le plafond salarial atteindra le cap des cinq millions de dollars cette saison. Mais ses dirigeants n'ont pas l'intention de dépenser à l'aveuglette.

«Nous entendons plusieurs choses en ce moment au sujet de tel ou tel joueur qui demande tel ou tel montant, mentionne Marcel Desjardins. Si c'est vrai, certains joueurs ne seront pas considérés par nous parce que nous n'avons pas la même évaluation de leur valeur.»

Partager

À lire aussi

  • Le Rouge et Noir se paie trois joueurs

    Football

    Le Rouge et Noir se paie trois joueurs

    Le Rouge et Noir n'a pas perdu de temps pour obtenir du renfort, mardi, lors de l'ouverture du marché des agents libres dans la Ligue canadienne de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer