Les Ravens excellent à l'étranger

L'entraîneur-chef des Ravens de Baltimore John Harbaugh... (Photo Patrick Semansky, AP)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Ravens de Baltimore John Harbaugh

Photo Patrick Semansky, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
OWINGS MILLS

La clameur du stade était depuis longtemps disparue, tout comme la plupart des partisans des Steelers.

Alors que les Ravens quittaient le Heinz Field victorieux 30-17, samedi dernier, quelques supporters vêtus de mauve s'approchaient du tunnel des visiteurs.

Avec un grand sourire, l'entraîneur John Harbaugh a étendu la main pour des high-fives avec ceux qui étaient venus de Baltimore. La scène s'est répétée souvent depuis son arrivée aux commandes de l'équipe, en 2008.

Sous sa gouverne, les Ravens ont cheminé au-delà de la saison régulière à tous les ans sauf après la saison 2013. Ils ont gagné sept fois sur 11, ce qui place Harbaugh à égalité avec Tom Coughlin et Tom Landry pour le plus de gains éliminatoires à l'étranger depuis 1970, quand l'AFL et la NFL ont fusionné.

Parmi les équipes à l'étranger le week-end dernier, seuls les Ravens ont mérité une place au deuxième tour. Ils se dirigent maintenant vers la Nouvelle-Angleterre pour y affronter les Patriots, samedi.

Harbaugh dit que les Ravens ont la même routine peu importe s'ils jouent à la maison ou ailleurs. Selon lui, il n'y a pas de grand secret pour décortiquer leurs succès et c'est le meilleur club qui a gagné, tout simplement. «Je n'ai pas vraiment d'explication à part le fait que nous avons bien joué», a dit Harbaugh.

C'est ce qui est arrivé à Pittsburgh. Les Ravens ont causé trois revirements, ont obtenu cinq sacs et n'ont dégagé que deux fois.

«Ça fait plaisir de voir ça après coup, mais ça ne veut pas dire grand-chose pour le prochain match», a résumé Harbaugh.

Les Pats ont une fiche de 15-4 à domicile en éliminatoires, mais les Ravens ont souvent été peu commodes à Foxborough.

Le club du Maryland a sorti les Patriots au premier tour en 2010, a perdu par un placement en 2012, avec une place au Super Bowl à l'enjeu, puis s'est imposé 28-13 en janvier 2013, encore une fois en troisième ronde.

«Ils n'ont pas peur de l'adversité, a dit l'entraîneur des Patriots, Bill Belichick. Ils ont du talent et ils ne lâchent pas.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer